L'informatique

On voit ce que l’informatique permet de réaliser, mais on ne voit pas comment l’informatique le réalise. Elle se cache dans presque tous nos objets usuels, de l’ordinateur aux équipements électroménagers en passant par la voiture.

Si l’on connaît bien ces objets et la façon de s’en servir, les systèmes informatiques embarqués, qui assurent leur fonctionnement, sont plus mystérieux. Concevoir et réaliser ces systèmes invisibles, c’est le rôle de l’ingénieur en informatique.

A la fois science et technique, l’informatique permet par exemple de traiter en un temps record des masses faramineuses de données, pour les transformer en images, en sons ou en vidéos.

Un ordinateur est bien sûr constitué de composants matériels, mais s’appuie sur des logiciels qui peuvent être incroyablement complexes, et qui permettent d’effectuer des tâches extrêmement variées. L’informatique est essentielle dans tous les domaines techniques et scientifiques. Sa présence ne cesse par ailleurs de croître dans le monde des médias ou encore dans des domaines plus inattendus comme le théâtre ou la danse : metteurs en scène et chorégraphes exploitent toujours plus les nouvelles formes de réalités créées par les procédés informatiques.

Présentation du programme

En choisissant d’étudier l’informatique à l’EPFL, vous recevrez une large formation portant sur l’ensemble d’un domaine en constante évolution. Vous aborderez tous les aspects liés au développement d’applications innovantes, du choix des composants du système à la définition de son architecture, en passant par la spécification puis l’implémentation de ses fonctionnalités. Vous aurez en outre la chance d’évoluer dans un cadre où les illustrations de l’usage de votre future spécialité sont légion.

Bachelor (180 crédits ECTS)

Les cours de 1re année sont donnés conjointement aux étudiants en informatique et à ceux en systèmes de communication. Vous y recevez des bases fondamentales en mathématiques, en physique, en informatique et en sciences de l’information. Un projet vous permet d’établir un premier contact concret avec votre future spécialisation. A la fin de cette année initiale, vous pouvez choisir de rester en informatique ou de passer en systèmes de communication.

En 2e et 3e année, vous poursuivez votre formation de base tant en mathématiques et en physique que dans les domaines de l’informatique avec des cours touchant l’architecture des systèmes, les bases de données ou les langages de programmation. Vous avez aussi la possibilité de développer des connaissances supplémentaires en physique, mathématiques ou sciences de la vie: un bagage utile dans l’optique de plus tard collaborer avec ces domaines.

Plan d’études


Perspectives Master

Le Master propose quant à lui plusieurs spécialisations (30 ECTS) : Computer engineering-SP, Computer science theory, Data analytics, Foundations of software, Information security-SP, Internet information systems, Networking and mobility, Signals, images, and interfaces, Software systems, Wireless communication.

Il est également possible d’effectuer un mineur (30 ECTS) en lieu et place d’une spécialisation : Biocomputing, Management de la technologie et entrepreneuriat, Science et ingéniérie computationnelles, Technologies biomédicales, Technologies spatiales.


D’autres programmes s’ouvrent aussi à vous après la réussite du Bachelor, notamment certains masters interdisciplinaires. Consultez le site Études Master à l’EPFL pour plus d’informations à ce sujet.

Veuillez noter que les informations concernant la structure des programmes ainsi que le détail des plans d’étude sont susceptibles d’être ajustés.

Perspectives professionnelles

Comme précisé dans la présentation du programme, un bachelor en informatique ouvre la porte de mutliples programmes de Master plus spécifiques encore. C'est dès la fin de ce master que vous êtes prêt à entrer dans le monde professionnel.

Compte tenu de l’étendue du domaine d’utilisation de l’informatique, votre formation vous offre des possibilités très diversifiées.

Vous pourrez par exemple rejoindre une entreprise de développement de logiciel : vous deviendrez alors un « constructeur » à qui il incombera de trouver des solutions efficaces à des problématiques souvent inédites, issues de divers secteurs. Votre travail s’effectuera alors en équipe et portera sur la conception du système, par le biais de ses spécifications (choix des composantes et de l’architecture, définition avec votre client des exigences de fonctionnement), puis sur le suivi de sa construction (programmation et mise en relation de ses composantes). Vous aurez encore à tester le système et à garantir sa mise en service.

Dans un domaine similaire, il vous est aussi possible d’envisager une position de mandataire : vous servirez alors d’intermédiaire entre le client et l’entreprise en charge de la construction du système. Votre mission consistera notamment à traduire les besoins fonctionnels des utilisateurs en exigences informatiques, jouant ainsi en quelque sorte un rôle d’interprète dans des domaines variés. Une autre possibilité qui s’offre à vous est de prendre en charge le système informatique d’une entreprise, dont vous aurez alors à assurer le bon fonctionnement (gestion des utilisateurs, mise en place de réseau). Vous devrez aussi faire les choix techniques liés aux équipements (matériels et logiciels) et servir de conseillers auprès des utilisateurs.

Vous pouvez aussi envisager de vous spécialiser dans un domaine particulier en effectuant un travail de doctorat. Vous aurez alors la possibilité d’entreprendre une carrière académique. A noter enfin que, bien qu’elle ne soit pas indispensable, cette spécialisation de haut niveau augmente souvent la possibilité de créer sa propre entreprise en exploitant un nouveau domaine de compétence.


Alumni – que deviennent-ils?

Michael Boksanyi

Mes collègues se trouvent dans le bureau d’à côté, dans un autre état ou sur un autre continent.

Michael Boksanyi, Bachelor et Master en informatique (2010)

Depuis la fin de mes études, je travaille dans la même entreprise, en Californie, dans la Silicon Valley. Je voulais y aller depuis que je m’intéresse à l’informatique, mais je pensais m’y rendre simplement pour visiter la région. A l’EPFL, quand j’ai vu une opportunité de projet de Master là-bas, j’ai sauté dessus ! J’en ai parlé avec ma femme – ma copine à cette époque – et nous sommes partis. C’était une excellente décision: le travail est intéressant, les opportunités professionnelles sont nombreuses et… il fait toujours beau.

Mon travail me passionne. Nous développons non seulement des produits vraiment complexes, à la pointe de la technologie, mais nous sommes aussi confrontés à de gros défis technologiques à résoudre. Et je trouve extrêmement motivant de travailler avec des gens du monde entier: ils ont des connaissances et points de vue divers, ce qui me met au défi de comprendre leur monde et leurs perspectives, et de leur communiquer mes idées.

Je travaille dans une entreprise qui fait du hardware. Les cartes que nous fabriquons fournissent des débits élevés (la dernière génération: 40Gbps par port) et s’occupent d’alléger le travail de la machine pour plusieurs protocoles. Mes horaires et mes journées varient: si je dois collaborer avec quelqu’un en Europe, j’irai au bureau tôt, tandis que si je dois avoir un meeting avec quelqu’un en Inde, je travaillerai plus tard. Et je n’oublie pas ma vie privée: mes deux fils de 3 ans et 1 an sont une partie essentielle de ma vie !

Je n’ai jamais vraiment hésité dans le choix de ma filière d’études. J’étais attiré par l’informatique depuis longtemps. J’ai toujours aimé voir comment les choses fonctionnaient dans mon ordinateur, je prenais plaisir à voir et modifier les ressources internes des jeux auxquels je jouais et j’ai assez vite voulu tester la programmation. L’informatique est un sujet où on peut très vite faire des choses intéressantes; des mini-jeux, des petits circuits logiques, ou d’autres petits projets personnels. Mais pour bien choisir, il faut aussi se poser les bonnes questions: ce n’est pas parce que quelqu’un aime jouer à un jeu ou utiliser Facebook qu’il ou elle aimera les challenges techniques à résoudre pour les créer.

Mais il faut le dire, tout n’est pas toujours facile pendant les études ! Durant le Bachelor, on passe pas mal de temps à découvrir les sciences de base et créer des connaissances solides pour le Master. Heureusement, à côté, on commence tout de suite à voir des sujets au cœur de l’informatique: des cours de programmation, des cours sur les systèmes logiques (comment un ordinateur perçoit les données, comment il les utilise), puis des sujets comme les réseaux, la sécurité, etc. Quelques cours m’ont moins intéressé, mais je pense que malgré tout, c’est cet ensemble qui m’a aidé à me former l’esprit. Et c’est une base que tout ingénieur EPF se doit d’avoir.

Les études à l’EPFL nous apprennent aussi à apprendre et à travailler dur. Et je suis sûr que cela va m’aider dans mes projets: pour 2016, j’ai eu la chance d’être accepté pour commencer un MBA. Car si aujourd’hui, dans un projet, je m’occupe de résoudre les aspects techniques et organisationnels, je veux également comprendre ce qui a motivé le management à choisir ce projet plutôt qu’un autre. Un MBA m’aidera à avoir cette vue d’ensemble.

Témoignages d’étudiants

Au gymnase j'aimais beaucoup les maths et ma professeure d'informatique m'a fait découvrir la programmation.

Zhivka Gucevscka, étudiante en 1re année de Master.

… des écrans bizarres avec du texte incompréhensible, mais plutôt des algorithmes simples pour résoudre des problèmes mathématiques de façon efficace. J’ai fait mon gymnase en Macédoine et j’avais entendu parler de l’EPFL qui était très bien classée mondialement dans le domaine de l’informatique ! C’est ainsi que j’ai fait le choix de continuer mes études dans la Faculté IC de l’EPFL.

Ce ne sont pas des études pour les geeks ! Au contraire ! Ce sont des études pour les gens qui certes aiment les nouvelles technologies, mais qui aiment surtout chercher des solutions à des problèmes complexes. Je trouve que les études d’informatique sont accessibles à tout le monde : aucune expérience préalable en programmation n’est requise, juste l’envie d’apprendre.

Ce que j’aime beaucoup dans les études d’Informatique, c’est l’occasion d’appliquer ce que nous apprenons pendant les cours sur des projets concrets. Par exemple, dans l’un de nos cours nous avons dû gérer une énorme base de données musicales associée à un site web créé par nos soins qui permet de faire des recherches avancées. Dans un autre, nous avons dû implémenter notre propre application Android qui permet à l’utilisateur de répondre à un quiz ou proposer des questions à ses amis. Dans un cours un peu plus avancé encore, nous avons eu l’occasion d’implémenter notre propre langage de programmation. Dans une semaine type, le temps passé sur le campus est bien reparti entre les cours et les exercices, souvent entre 8 heures et 17 heures, avec des pauses plus ou moins longues. Souvent il reste un peu de travail à côté pour finir un projet ou un devoir. Avec de l’organisation, on arrive à trouver du temps pour faire un assistanat, faire partie d’une association ou aider à organiser un événement. L’ambiance est sympa et souvent on travaille les cours entre amis, donc c’est loin d’être une corvée !

La CLIC est l’association des étudiants de la Faculté Informatique et Communications dans laquelle j’ai décidé de m’investir. Nous organisons des événements comme le souper de faculté, une occasion de partager un repas avec les professeurs et les autres étudiants de la Faculté, ou encore des petits déjeuners gratuits. Moi, je m’occupe plus particulièrement des relations avec nos sponsors ou des entreprises intéressées à soutenir nos événements.


Comment j’ai choisi de faire des études en Section Informatique ? Par amour du binaire !

Audrey Loeffel, étudiante en 3e année de Bachelor.

… au gymnase. J’y ai découvert ce qu’était vraiment l’informatique, la programmation, etc. J’ai eu envie de continuer mes études dans ce domaine et le choix de l’EPFL m’a paru évident. Pourquoi choisir une autre université lorsque nous avons l’une des meilleures près de chez soi ?

Ce qui me plait le plus en Informatique, c’est la diversité des cours. Les étudiants ont accès à des cours dans tous les domaines, des cours théoriques, des projets, etc. Nous touchons un peu à tout avant de nous spécialiser pendant le Master. Cette diversité permet d’avoir une vue d’ensemble de tous les domaines de l’informatique afin de bien s’orienter pour la suite.

Parmi les cours qui me plaisent le plus, il y a un cours de Sécurité des réseaux. C’est un cours vraiment intéressant en lien avec l’actualité car traitant des attaques, du piratage actuel, etc. Il y a aussi le cours de Software Engineering durant lequel on fait un projet en équipe et on développe une application Android. J’ai aussi beaucoup apprécié travailler sur mon projet de Bachelor. J’ai développé une application Android permettant de visualiser des actualités sur des sujets controversés en fonction des points de vue. Travailler sur un projet concret demande plus d’investissement qu’un cours théorique, mais c’est plus enrichissant et plus gratifiant.

Ce serait mentir que de dire que les études à l’EPFL sont faciles : il faut bosser ! Mais étudier à l’EPFL ne signifie pas faire une croix sur les loisirs, les sorties, le temps libre… Il faut simplement savoir s’organiser et garder un juste équilibre. Il faut aller en cours et travailler régulièrement à coté et ceci tout au long du semestre. Il ne faut pas se dire « Oh, j’ai 3 semaines avant la session d’examen pour réviser, ça me laisse le temps de tout apprendre à ce moment-là ». Il faut s’accrocher les premières années. Au début des études, il y a beaucoup de cours en commun avec d’autres sections sans lien évident de prime abord avec l’informatique. Il faut attendre la 3ème année et le Master pour avoir des cours plus ciblés dans notre domaine. Mais cela en vaut clairement la peine. Si vous hésitez encore à venir, n’hésitez plus et lancez-vous !

Et ce que j’aimerais faire après mes études ? Etre engagée dans une future start-up. Je pense notamment à une potentielle start-up à laquelle je suis associée, en lien avec mon projet de Bachelor. Dans ce projet, nous créons un système de visualisation d’actualités. Nous utilisons des techniques d’intelligence artificielle pour connaitre les points de vue dans les articles portant sur des sujets controversés ainsi qu’un réseau social centré sur des débats. J’espère que cela marchera !

Contact

Vous recherchez davantage de détails sur ce programme ? Dans ce cas, utilisez les contacts ci-dessous :

[email protected]


+41 (0)21 693 52 08