Le génie mécanique

Depuis toujours, l’Homme a inventé des objets pour accroître sa force et ses moyens d’agir sur le milieu dans lequel il évolue. C’est de ce besoin immémorial de tirer profit des ressources de la nature, de comprendre et d’exploiter les lois qui la régissent qu’est né le génie mécanique.

Une discipline qui joue un rôle essentiel dans des domaines variés allant du dérailleur de bicyclette au turboréacteur d’un avion, des rotatives d’impression des centres de presse à la prothèse d’un genou en passant par les nombreuses techniques de conversion d’énergie.

En tant qu’ingénieur-e mécanicien-ne, vous vous attachez avant tout à concevoir des produits techniques. Pour proposer des solutions efficaces dans des domaines variés, vous devrez non seulement disposer de solides compétences en mécanique des fluides ou des solides, mais aussi dans le domaine du transfert de chaleur ou de la physique appliquée.

Des connaissances qui vous serviront notamment à modéliser les phénomènes physiques que vous envisagez d’exploiter, afin de mieux les comprendre et pouvoir ainsi optimiser l’efficacité des produits que vous voulez développer.

En plus de cette maîtrise théorique des phénomènes, il vous incombe, aujourd’hui plus que jamais, de systématiquement tenir compte de l’impact environnemental de vos activités, en y introduisant notamment la notion de cycle de vie. Vous devez pour cela sans cesse repenser les processus industriels dans lesquels vous intervenez, afin de proposer des innovations voire des révolutions dans notre manière de produire, de distribuer, de consommer et de recycler.

Les compétences visées par la formation en génie mécanique peuvent se résumer comme suit :

  • comprendre, s’adapter rapidement et communiquer dans un environnement technologique, écologique et économique changeant
  • à partir d’une réalité complexe, identifier, modéliser et analyser des problèmes en adoptant une approche scientifique, holistique et multidisciplinaire
  • concevoir et mettre en oeuvre des solutions innovantes, efficaces et durables
    agir en professionnel-le responsable

Présentation du programme

Bachelor (180 crédits ECTS)

La 1re année est principalement dédiée à l’acquisition des outils scientifiques comme l’analyse ou la physique et complétée par quelques cours plus spécifiques comme « Introduction au génie mécanique », « Statique », ou encore « Métaux et alliages ».
Les 2e et 3e années traitent de manière approfondie toutes les bases du génie mécanique, de l’automatique à la thermodynamique en passant par la mécanique vibratoire. Un projet de fin de bachelor, permettant d’intégrer les diverses matières théoriques, clôt le cycle.

Plan d’études


Perspectives Master

Le master propose six orientations à choix « Aéro-hydrodynamique », « Automatique et mécatronique », « Conception et production », « Energie », « Mécanique des solides et structures » et
« Biomécanique ». Trois projets (dont le projet de master) permettent de construire un cursus très individualisé. Le master donne l’opportunité d’inclure un mineur dans un domaine transdisciplinaire comme l’énergie, les technologies spatiales ou les technologies biomédicales. Un master à 150 crédits ECTS en « Ingénierie aérospatiale » ou en « Ingénierie automobile » est également offert, conduisant à un double diplôme entre l’EPFL et l’ISAE (Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace) de Toulouse ou la TUM (Technische Universität München) de Munich.


D’autres programmes s’ouvrent aussi à vous après la réussite du Bachelor, notamment certains masters interdisciplinaires.
Plus d’infos sur les programmes d’études Master à l’EPFL.

Veuillez noter que les informations concernant la structure des programmes ainsi que le détail des plans d’étude sont susceptibles d’être ajustés.

Perspectives professionnelles

Une fois le programme bachelor puis un programme master accomplis, vous êtes prêt à entrer dans le monde professionnel. Compte tenu de la présence quasi systématique de composants mécaniques dans les objets de notre quotidien, votre formation en génie mécanique vous offre des débouchés très variés.

En tête des domaines d’activité qui s’offriront à vous, on trouve bien sûr celui de la construction (automobile, navale, aéronautique ou aérospatiale), celui de l’industrie des machines, celui des bureaux d’ingénieurs planifiant des grands projets, ou encore, celui de la conversion et de la gestion de l’énergie.

Beaucoup d’entre vous rejoindront donc probablement le monde de la grande industrie. Si vous rejoignez une entreprise de taille, vous serez certainement amené-e à vous spécialiser soit dans la conception de nouveaux produits, soit dans leur production, voire encore dans le marketing, votre rôle consistant alors à trouver des marchés et à conseiller des clients. Vous avez cependant aussi la possibilité de cumuler l’ensemble de ces rôles, soit en décidant de rejoindre une entité plus petite, soit en créant votre propre structure, les domaines d’innovation qui ont recours à la mécanique ne manquant pas. A signaler encore que votre formation vous permet facilement d’envisager une carrière à l’étranger.

Finalement, il est encore possible d’approfondir vos connaissances dans un domaine spécifique en effectuant un doctorat, une voie qui vous ouvre les portes d’une carrière académique ou d’un poste à responsabilité dans le secteur privé.


Alumni – que deviennent-ils?

Vanina Nicolier

Suivez la voie qui vous intéresse. Je crois que c'est la meilleure manière de se diriger vers un travail qui est fait pour soi.

Vanina Nicolier, Bachelor et Master en génie mécanique

De mon côté, je voulais d’abord étudier les mathématiques. Mais au moment de mon inscription, je suis tombée un peu par hasard sur le site internet de la section de mécanique. En première page, il y a avait une magnifique étude de calcul de dynamique des fluides d’un voilier. Je me suis dit que c’était exactement ce que je voulais faire. Je me suis inscrite sur un coup de tête en section de génie mécanique et je n’ai jamais regretté ce choix.

Depuis la fin de mes études, je travaille comme ingénieure et cheffe de projet. J’avais fait mon travail de master chez Rolex, il s’était très bien passé et j’avais de bons contacts avec eux pour la suite. Mais je voulais plutôt continuer dans le domaine de la mécanique des fluides. J’ai donc répondu à une annonce qui correspondait exactement à ce que je cherchais, pour l’entreprise où je travaille actuellement. Et j’y suis depuis la fin de mon Master.

BG Ingénieurs Conseils est une entreprise de conseils, c’est-à-dire que nous accompagnons nos clients dans la réalisation de leurs projets. Il peut s’agir d’une construction, d’une rénovation ou d’études diverses. Mon domaine est celui de la ventilation d’infrastructures (tunnels, centrales hydroélectriques, etc.) et de bâtiments. Je travaille sur plusieurs projets en parallèle, j’ai des contacts directs avec les clients et je suis régulièrement en déplacement.

Nous sommes une équipe très dynamique et très ouverte. Nous sommes toujours plusieurs collègues à travailler sur un même projet et j’ai toujours leur soutien. Je suis régulièrement sur le terrain (visite, contrôle, etc.) ce qui me permet de voir les projets se concrétiser. Les études EPFL m’ont permis d’acquérir une systématique et une logique utiles aussi bien pour les aspects techniques que pour la gestion globale d’un projet. Et au-delà des bases techniques, elles nous permettent de développer des compétences telles que la rigueur de travail ou encore la curiosité intellectuelle.

Contact

Vous recherchez davantage de détails sur ce programme ? Dans ce cas, utilisez les contacts ci-dessous :

[email protected]


+41 (0)21 693 29 47