La chimie et le génie chimique

La chimie est au carrefour des sciences contemporaines, marquées par une miniaturisation croissante. Que ce soit dans le domaine des sciences du vivant, des nanotechnologies, des matériaux ou de l’environnement, les réponses se situent souvent à l’échelle de la molécule.

Bénéficiant de l’appui d’une trentaine de groupes de recherche de réputation mondiale, la formation en chimie et en génie chimique de l’EPFL offre un vaste panorama des diverses approches ouvrant l’accès à l’incroyable diversité du monde atomique et moléculaire.

Comme chimiste, vous voudrez comprendre de quoi est faite la matière, de l’atome aux conformations complexes des protéines.
Vous maîtriserez pour cela un arsenal d’outils théoriques et expérimentaux pour percer les secrets des processus naturels.
Vous utiliserez cette compréhension de la nature pour la protéger, pour recréer ou modifier des molécules existantes ou encore inventer et produire des systèmes artificiels.

Devant votre ordinateur, vous modéliserez des conformations spatiales et prédirez le comportement de telle ou telle molécule.

En faisant interagir lumière et matière, vous étudierez des systèmes moléculaires à des échelles spatiales et temporelles multiples. Au laboratoire, vous ferez réagir entre elles des molécules de base pour élaborer des structures dotées de propriétés spécifiques. Vous développerez aussi des processus catalytiques pour effectuer des réactions sélectives. Enfin, vous concevrez peut-être des nouveaux procédés pour convertir l’énergie et la stocker.

Une formation associant connaissances scientifiques approfondies et sciences de l’ingénieur est nécessaire à celles et ceux qui souhaitent s’orienter vers la production industrielle. En tant qu’ingénieur-e chimiste EPFL, vous bénéficierez d’une solide formation en chimie moléculaire et biologique. Vous serez capable de surcroît de concevoir et de mettre en oeuvre une production à grande échelle en utilisant des procédés physiques, chimiques et biotechnologiques.

Présentation du programme

En 1re année, les cours portent sur les bases de la chimie et de la biochimie, ainsi que sur les outils que sont les mathématiques et la physique.

En 2e et 3e années, vous aborderez des sujets plus spécifiques comme les réactions organiques, la chimie physique, la chimie de coordination et les méthodes analytiques. La dernière année comprend des modules à option qui permettent d’approfondir différents domaines, tels que la synthèse, la biochimie, la modélisation ou encore l’ingénierie chimique, et de préparer l’orientation vers le master de votre choix.

Le cursus accorde une grande importance à la pratique: tout au long des études, au moins un jour par semaine est consacré à des manipulations en laboratoire ou à des projets.

Plan d’études


Perspectives Master

Deux masters à choix

Master en chimie moléculaire et biologique (120 crédits ECTS)

Ce master aboutit à un titre de chimiste et vous destine plutôt à la recherche. Il propose un vaste choix de modules de spécialisation dans les différents domaines de la chimie (analytique, biologique, computationnelle, inorganique, organique, physique, etc.).

Master en génie chimique et biotechnologie (120 crédits ECTS)

Ce master aboutit à un titre d’ingénieur-e chimiste et prépare à des activités industrielles. Il comprend des cours portant sur les techniques de réaction et de séparation, le développement de procédés, les polymères, la biotechnologie et le management. Il comporte en outre un stage en entreprise.


D’autres programmes s’ouvrent aussi à vous après la réussite du Bachelor, notamment certains masters interdisciplinaires.
Plus d’infos sur les programmes d’études Master à l’EPFL.

Veuillez noter que les informations concernant la structure des programmes ainsi que le détail des plans d’étude sont susceptibles d’être ajustés.

Perspectives professionnelles

Une fois le programme bachelor puis un programme master accomplis, vous êtes prêt à entrer dans le monde professionnel. Les compétences des chimistes et des ingénieur-e-s chimistes EPF sont recherchées au delà de l’industrie chimique dans tous les secteurs où la maîtrise du monde moléculaire est nécessaire.

Particulièrement appréciés, ceux-ci voient leur rémunération régulièrement classée en tête des salaires d’ingénieurs en Suisse.

En choisissant le master en chimie, votre quotidien professionnel sera plutôt orienté vers la recherche et l’analyse. Compte tenu de l’étendue du domaine, la plupart des chimistes se spécialisent en effectuant un travail de doctorat. Vous aurez alors la possibilité de rejoindre un groupe de recherche de l’EPFL ou d’une autre université de par le monde. Une fois votre doctorat achevé, vous pourrez poursuivre une carrière dans la recherche académique ou industrielle, dans des thématiques telles que la chimie du et pour le vivant (pharmacologie, cosmétologie, agro-alimentaire, phytosanitaire), la chimie verte ou la fonctionnalisation de la matière (matériaux, énergie, nanochimie).

Si vous optez pour un master en génie chimique, et que vous le complétez ou non par un doctorat, votre cadre de travail sera plutôt celui d’une entreprise, au sein de laquelle vous aurez à développer de nouvelles technologies, à concevoir des unités de production et à gérer des projets. Après quelques années d’expérience, la carrière d’un-e ingénieur-e dans l’industrie s’oriente souvent vers des tâches dirigeantes et de management.


Alumni – que deviennent-ils?

Sophie Nallet

Ce que j'aime dans mon travail, c'est d'utiliser mes compétences pour contribuer à la société pour faire avancer la recherche. Même si ce n’est pas facile tous les jours et que les processus sont très longs pour faire développer un vaccin ou un médicament et le mettre sur le marché, chaque étape, chaque petit pas, chaque fois que quelque chose fonctionne au labo apporte des satisfactions !

Sophie Nallet, Bachelor en chimie et Master en génie chimique et biotechnologie (2006)

J’ai découvert la biotechnologie pendant mon Master en chimie, et ça m’a tout de suite beaucoup plu. J’ai donc continué par un doctorat dans ce domaine, avant de chercher un emploi, toujours dans en biotechnologie. Aujourd’hui, je travaille pour une entreprise active dans la recherche des vaccins et des thérapies contre les maladies du système nerveux central, comme la maladie d’Alzheimer. Pour vous donner une idée de la portée de telles maladies, on estime qu’en 2050, le nombre de personnes touchées aura triplé, pour atteindre 135 millions de malades dans le monde.

Je travaille dans le département d’analyses biophysiques, où je m’occupe de développer des méthodes d’analyses, pour identifier et quantifier les composés qui se trouvent dans nos produits – des vaccins, des anticorps et des petites molécules, tous susceptibles de prévenir ou de traiter ces maladies du système nerveux. Une fois ces méthodes développées, elles permettent de mesurer et d’analyser les produits, de s’assurer qu’ils sont conformes aux spécifications. Il s’agit parfois de travailler sur des produits à un stade avancé, avant qu’ils ne partent pour être testés en phase clinique, et parfois sur des produits qui sont encore au stade de la recherche.

Je passe une partie de mon temps au labo, mais je fais aussi beaucoup d’autres choses: travailler sur la documentation qui sera envoyée aux autorités pour l’aspect réglementaire, participer à des groupes de travail, superviser un technicien, collaborer avec des partenaires externes, etc. Mes journées sont très variées!


Grégory Widmer

Je travaille comme ingénieur chimiste. Plus précisément, je m'occupe du laboratoire sur la sécurité thermique.

Grégory Widmer, Bachelor en chimie et Master en génie chimique et biotechnologie (2013)

Fondateur de l’entreprise en ligne «PianoFacile» (www.pianofacile.com)

Mon travail consiste à simuler, soit par ordinateur, soit par expérience en laboratoire, le comportement thermique des produits conçus dans nos usines de production (notamment des résines qui serviront à l’assemblage des ailes d’appareils Airbus et Boeing). En connaissant le risque du procédé de fabrication, nous pouvons mettre en place des mesures de sécurité – meilleur contrôle de la température, mesures d’urgence en cas de pannes – pour diminuer les risques d’accidents, ou alors concevoir un nouveau procédé plus sûr.

Si je devais donner un conseil à un jeune qui souhaiterait entamer des études de chimie, ce serait certainement de faire rapidement des stages d’observation, pour bien comprendre les différents métiers qui gravitent autour de ce domaine et prendre le temps de réfléchir à ce qui l’intéresse (opérateurs, laborantins, chimiste dans la recherche académique, chimiste dans le privé, ingénieur chimiste, etc…). Trouver son premier job peut prendre du temps, et avoir pu acquérir de l’expérience professionnelle lors d’un stage est un sérieux atout!

Pendant mes études à l’EPFL, j’ai créé un site internet qui est aujourd’hui numéro un dans son domaine. En effet, je suis passionné de piano et j’ai appris à en jouer en autodidacte pendant le gymnase. J’ai décidé d’expliquer ma méthode d’apprentissage sur un site internet, très amateur au début mais que j’ai amélioré et monétisé en 2010. Même si je ne pouvais pas en vivre, j’avais quand même un revenu très confortable pour un étudiant!

Lorsqu’on est passionné par quelque chose, on trouve toujours le temps de s’y consacrer. Lors du lancement du site, la charge de travail était assez considérable, sans compter que j’ai dû apprendre le HTML, le CSS et le Javascript, trois langages informatiques quasi-essentiels pour le codage d’une page Internet. Mais en travaillant correctement et en planifiant bien son travail, on peut créer beaucoup d’espace pour ses activités extra-scolaires.

Contact

Vous recherchez davantage de détails sur ce programme ? Dans ce cas, utilisez les contacts ci-dessous :

[email protected]


+41 (0)21 693 98 50