La physique

Depuis l’aube des temps, l’humanité s’interroge sur la nature des choses et les lois qui dictent la marche de l’univers. Susceptible d’apporter de nombreuses réponses, la compréhension des mécanismes qui régissent l’organisation et la transformation de la matière constitue l’essence même de la physique.

La curiosité pour la nature des choses, principale motivation du physicien et de la physicienne, les a conduit à des découvertes aussi fascinantes que l’atome, la théorie de la relativité, la physique quantique ou encore la structure à double spirale de l’ADN.

Une liste loin d’être exhaustive de découvertes qui ont généralement révolutionné notre perception de la réalité et débouché sur des applications très diverses.

Devant votre ordinateur, vous modéliserez des conformations spatiales et prédirez le comportement de telle ou telle molécule.

La physique est l’une des sciences fondamentales pour appréhender le monde qui nous entoure. De la plus infime particule naviguant au coeur d’un atome à l’infiniment vaste des galaxies, son champ d’investigation touche l’univers tout entier. Observer et décrire de manière quantitative et conceptuelle les composants de la matière, leurs propriétés, les forces qui les gouvernent et leurs effets, c’est ce qui passionne le physicien et la physicienne. Mais la physique c’est aussi découvrir de nouveaux phénomènes naturels et prédire le comportement de composants jusqu’ici inconnus. Aidé des mathématiques, le physicien cherche à élaborer les modèles qui permettent d’expliquer ce qui se cache aux confins de la matière, de l’espace et du temps.

La physique est, avec les mathématiques, à la base de toute formation en ingénierie. Elle joue donc un rôle clé dans l’amélioration de la qualité de vie. Beaucoup de domaines, tels que la science des matériaux, la microtechnique ou encore les biotechnologies dépendent de manière croissante de la compréhension des phénomènes physiques. Le développement de nouvelles sources d’énergie est lui aussi étroitement lié à la recherche fondamentale en physique, utilisant et développant des moyens expérimentaux modernes et les connaissances théoriques les plus avancées.

Présentation du programme

Comme physicien-ne EPFL, vous êtes à la fois chercheur et gestionnaire de projets et d’équipes qui planchent à la résolution de problèmes techniques concrets. Votre formation de généraliste vous ouvre des perspectives professionnelles presque aussi vastes que le champ d’investigation de votre branche de prédilection. La recherche fondamentale, la recherche appliquée dans le domaine des technologies de pointe, le management d’entreprises ou d’institutions publiques ou encore l’enseignement sont autant d’options de carrière possibles où vous pourrez évoluer suivant vos aspirations ou votre champ de compétence.

Tout en étant ancrée dans le concret, la formation en physique requiert de bonnes aptitudes dans les mathématiques, un goût prononcé pour la rigueur scientifique et un penchant pour la conceptualisation et l’abstraction.

Plan d’études

Bachelor (180 crédits ECTS)

Une fois les connaissances de base en analyse, algèbre linéaire, physique générale acquises (année propédeutique), vous entamez la formation plus spécifique avec des cours en mécanique analytique, physique quantique, physique statistique, physique du solide, etc. Ce programme est complété par des options et des travaux pratiques.


Perspectives Master

La formation master propose ensuite une vaste palette d’options qui couvre la quasi totalité des domaines de la physique moderne : physique théorique, quantique et statistique, physique du solide, relativité et cosmologie, physique des plasmas, optique, physique nucléaire et corpusculaire, biophysique, astrophysique, systèmes non-linéaires et chaos. La formation englobe en outre des travaux pratiques qui se font dans le laboratoire de votre choix (physique des hautes énergies, physique des accélérateurs, physique des surfaces, etc.)

Vous avez également la possibilité, pour 30 crédits ECTS supplémentaires, de choisir une spécialisation (mineur) dans des domaines comme les technologies spatiales ou médicales, ou encore de faire un stage de quatre à six mois dans l’industrie pour obtenir le titre d’« ingénieur-e physicien-ne ».


D’autres programmes s’ouvrent aussi à vous après la réussite du Bachelor, notamment certains masters interdisciplinaires. Consultez le site Études Master à l’EPFL pour plus d’informations à ce sujet.

Veuillez noter que les informations concernant la structure des programmes ainsi que le détail des plans d’étude sont susceptibles d’être ajustés.

Perspectives professionnelles

Comme précisé dans la présentation du programme, un Bachelor en Physique ouvre la porte de multiples programmes de Master plus spécifiques. C'est dès la fin de ce Master que vous êtes prêt à entrer dans le monde professionnel.

Comme physicien-ne EPFL, l’éventail de vos perspectives professionnelles est très large. En tant que généraliste scientifique, vous orientez votre carrière dans de très nombreux domaines qui vont de la recherche fondamentale ou appliquée, au management et à la gestion d’entreprises ou d’organisations publiques en passant par l’enseignement.

Si vous choisissez la recherche, vous pouvez entamer une carrière académique en effectuant une thèse de doctorat qui fera de vous un spécialiste dans un domaine particulier. Vous pouvez aussi rejoindre le monde industriel où vos champs d’investigation seront plutôt orientés vers des applications pratiques : quel que soit le secteur envisagé (nouvelles sources d’énergie, techniques d’imagerie, nanotechnologies, matériaux, microtechnique, etc.), votre large compréhension des phénomènes physiques fait de vous une cible privilégiée des recruteurs.

Votre rigueur scientifique se révèle en outre aussi particulièrement efficace pour exercer des tâches liées au management de projet technologique. Par ailleurs, la structure de pensée acquise au cours de votre formation scientifique de haut niveau vous offre de nombreuses opportunités dans les banques, les assurances, les sociétés financières ou encore les sociétés informatiques. Finalement, votre motivation sera peut-être de partager votre fascination en choisissant l’enseignement.


Alumni – que deviennent-ils?

Thibaut Vernay

On trouve des physiciens partout: de la recherche fondamentale à la finance, de l'ingénierie à la politique.

Thibaut Vernay, Bachelor et Master en physique (2008), suivi d’une thèse de doctorat au Centre de Recherche en Physique des Plasmas (2013)

De mon côté, je travaille pour une entreprise de télécommunication d’envergure nationale, où je m’occupe de l’analyse statistique et de la modélisation du contact center (le centre par lequel passent les clients pour régler des problèmes techniques ou demander des renseignements). Nos prévisions, par exemple sur le nombre d’appels à venir pour le contact center, font non seulement appel à des modèles statistiques avancés, mais sont aussi cruciales pour optimiser l’occupation des agents du centre.

Avant de découvrir le monde des entreprises, j’ai d’abord travaillé dans celui de la recherche fondamentale. Après mon Master, j’ai en effet continué avec une thèse de doctorat au Centre de Recherche en Physique des Plasmas de l’EPFL (CRPP), un des meilleurs labos européens dans le domaine. Le sujet de la physique des plasmas (gaz chauds) me fascinait et je voulais approfondir ma compréhension dans ce domaine.

La vie d’un doctorant est plutôt agréable mais requiert aussi de la ténacité! Un projet de thèse est un processus parfois compliqué, qui nécessite une bonne résistance mentale pour faire face aux inévitables difficultés de la recherche. Mais en tant que doctorant, on bénéficie d’une certaine liberté dans l’organisation de son temps, on est intégré dans un groupe de recherche – le CRPP regroupe en général 20-30 doctorants de tous les continents, ce qui permet d’évoluer dans un environnement international et très sympathique – et une fois par année, on peut voyager pour participer à une conférence et y présenter ses propres recherches.

Après ma thèse, je me suis très vite adapté à mon nouvel emploi: un physicien EPF est préparé à tous les défis professionnels. Même si trouver un premier job peut prendre quelques mois, il faut rester persévérant et mobile ! Une fois la transition effectuée, la qualité de la formation EPF (avec un Master ou une thèse) et l’esprit analytique qu’elle développe font en général la différence dans le monde du travail.

Aujourd’hui, ce travail me permet de combiner l’aspect business d’une entreprise avec celui de la technologie liée aux réseaux de communication. Le domaine des télécommunications, en perpétuelle évolution, est toujours passionnant. De plus, j’apprécie de découvrir le monde du business tout en continuant à faire quelques exercices de mathématiques!

Contact

Vous recherchez davantage de détails sur ce programme ? Dans ce cas, utilisez les contacts ci-dessous :

[email protected]


+41 (0)21 693 33 00