Questions fréquentes

Rappelons tout d’abord que: Toute personne au bénéfice d’une maturité gymnasiale reconnue par la Confédération suisse est admise en première année de l’EPFL, quelle que soit la section.

Toutefois, nos évaluations montrent que les étudiants arrivés avec un bagage de « maths standard » doivent fournir des efforts supplémentaires pour atteindre le niveau requis pour réussir leur première année lors de la 1re tentative, comparé aux étudiants avec un bagage gymnasial scientifique plus poussé.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas envisager une carrière scientifique si vous vous trouvez dans ce cas de figure ! L’EPFL propose toute une palette d’outils pour combler ces lacunes.

Par ailleurs, le livre électronique  » Savoir-faire en mathématiques pour bien réussir à l’EPFL » (que comme nouvel étudiant Bachelor vous serez invité à télécharger gratuitement début août) et des épreuves d’auto-évaluation vous permettent d’identifier des lacunes avant les études. Ils proposent ensuite des solutions pour se former de manière autodidacte.

Pour envisager des études à l’EPFL, il faut certainement avoir du plaisir à étudier les mathématiques, avoir de la détermination et travailler très régulièrement. Mais il ne faut pas être un génie en la matière !

Les plans d’études prévoient environ 30 heures de présence hebdomadaires. À côté de cela il faut compter environ 20 à 25 heures de travail personnel. Ce chiffre est bien sûr une moyenne. Les études EPFL sont certainement un investissement à plein temps. Voir les pages gestion des études pour plus d’infos.

Le système ECTS (European Credit Transfer System) permet de mesurer le niveau atteint par l’étudiant, en faisant correspondre des crédits à un enseignement.

Un crédit ECTS est proportionnel au volume de travail à fournir par l’étudiant que se soit sous forme de cours, d’exercices, de laboratoires, de projets ou de travail à domicile. L’ECTS repose sur le principe selon lequel le travail à fournir par un étudiant à plein temps pendant une année universitaire correspond à 60 crédits. La charge de travail d’un étudiant inscrit dans un programme d’études à plein temps en Europe étant, dans la plupart des cas, d’une durée d’environ 1500-1800 heures par an, la valeur d’un crédit représente dans ces cas environ 25 à 30 heures de travail. (directives de la CRUS).

Les crédits sont attribués lorsque l’étudiant a satisfait aux conditions d’évaluation des connaissances ou des compétences liées à un enseignement (cours, projet, laboratoire,…). Ces évaluations se font sous forme d’examens – oraux ou écrits – , exposés, de rapports etc…). Le nombre de crédits correspondant à chaque cours est défini dans le plan d’études.

Ce système a été élaboré par la Commission Européenne, pour faciliter les échanges d’étudiants entre les universités (reconnaissance des cours suivis), dans le cadre du programme Socrates/Erasmus. Ce système de crédits est harmonisé au niveau de l’Europe et facilite grandement la validation des cours suivis dans une autre institution.

Dans le contexte de la réforme Bachelor/Master (Déclaration de Bologne 1999), ce système a été étendu au suivi des études en général. Ce n’est plus seulement un système de transfert, mais un système d’accumulation de crédits, qui est commun à toutes les universités en Europe.

Pour plus de détails: site de l’UE, Socrates

À l’EPFL

1re année -Examen propédeutique
Les matières sont évaluées à la fin de chaque semestre. Les notes sont pondérées entre elles, en fonction de l’importance du cours. Si l’étudiant obtient une moyenne suffisante (au moins 4/6), l’examen est réussi et les 60 crédits sont attribués en bloc. En cas d’échec, l’étudiant doit représenter toutes les matières.

Années supérieures
Dès la 2e année, chaque matière est examinée au terme du cours, des laboratoires ou des projets, et les crédits correspondants sont attribués si l’examen est réussi. L’étudiant « collectionne » donc ses crédits semestre après semestre. Le Bachelor est délivré après 180 crédits. Le Master après 90/120 crédits supplémentaires.

Ce système introduit de la flexibilité dans les études: on peut faire plus ou moins que 60 crédits/an. En cas d’échec, seule la matière échouée doit être répétée.

Pour plus de détails: Ordonnance sur le contrôle des études

Il est possible de librement changer de section entre le moment où vous vous inscrivez à l’EPFL et votre deuxième semaine de cours. Dès la troisième semaine de cours par contre, les changements de section sont soumis à conditions. Vous retrouverez plus d’infos à ce sujet ici.

Vous recevez un accusé de réception à l’enregistrement de votre formulaire en ligne.

Cours / exercices
Les cours théoriques (ex cathedra) sont très souvent accompagnés de séances d’exercices où les étudiants appliquent les notions vues au cours. En première année, les cours de base regroupent les étudiants de plusieurs sections et sont donnés dans de grands auditoires. Au fil des études, les sujets deviennent plus spécifiques et n’intéressent plus qu’un groupe particulier d’étudiants. L’enseignement – même théorique – devient alors plus participatif. Les supports de cours sont très souvent en ligne, de même que les exercices et leurs solutions.

Laboratoires / projets
Au début des études, la pratique se fait souvent sous forme de laboratoires dirigés, où les étudiants se familiarisent avec les techniques de travail de base (p.ex. électronique, mesures physiques, programmation ou encore laboratoires de chimie). Au fur et à mesure, ils font place à des projets: en groupe ou individuellement, les étudiants analysent une problématique et – en s’appuyant sur leurs connaissances – proposent une solution possible. Les projets ont souvent une force intégratrice: les étudiants doivent s’appuyer sur les connaissances acquises dans des cours très divers pour progresser dans leur travail.

VL’EPFL vous recommande d’effectuer votre école de recrue dans son entier soit entre le bachelor et le master (ce qui pourrait également vous permettre d’effectuer un stage en entreprise que votre cursus d’études exigera peut-être) soit avant d’entamer vos études universitaires.

Vous trouverez des informations détaillées à ce sujet sur la page dédiée du service académique.

Non ! Les étudiants font partie intégrante de la force de recherche de l’EPFL. Ils sont mis à contribution dans les laboratoires et reçoivent parfois des responsabilités très concrètes de développement sur certains projets. Toutefois, principalement durant les deux premières années du Bachelor, une majorité de cours théoriques devra être suivie afin de vous préparer au travail de recherche scientifique.

Oui, fort heureusement ! Leur proportion varie d’un programme à l’autre et se monte actuellement en moyenne à 27% des étudiants. Toutefois, ce pourcentage n’est pas encore satisfaisant et la demande économique en matière de femmes scientifiques reste élevée… Mesdames, osez les études en ingénierie !

Oui ! L’EPFL encourage même fortement cette démarche. Des opportunités vous seront offertes dans le monde entier. Concrètement, vous avez la possibilité de par exemple effectuer votre troisième année de Bachelor dans une université partenaire ET effectuer votre travail de Master (1 semestre) à l’étranger également.

Un diplôme de l’EPFL, Master ou Doctorat, représente la garantie d’une très haute reconnaissance sur le marché du travail, en Suisse et ailleurs. Quel que soit le domaine choisi, les débouchés seront nombreux et variés tant dans le domaine de la recherche que dans l’industrie. Vous trouverez plus de détails à ce sujet dans la description détaillée de chaque programme d’études.

S’agissant d’une université publique, les taxes universitaires sont modérées. Actuellement, ce montant se monte à CHF 633.- par semestre (1266.- / an). Ces taxes universitaires sont les mêmes pour les étudiants suisses ou étrangers. En savoir plus sur le financement des études et le coût de la vie à Lausanne.