Développer mon enseignement

Au cours de votre carrière d’enseignante ou d’enseignant, vos besoins vont évoluer. Au début, vous vous concentrerez probablement sur le développement de vos compétences pédagogiques. Toutefois, une fois que vous aurez acquis une certaine expérience, vous souhaiterez probablement acquérir une expertise pédagogique plus approfondie et améliorer vos compétences pour enseigner dans des contextes différents ou à des publics variés.

Cette section a pour but de :

  • vous aider à savoir comment obtenir des données sur votre enseignement,
  • vous guider dans l’obtention de feedback de la part de vos pairs, de vos étudiant·es et de vos conseillères et conseillers pédagogiques,
  • vous donner des conseils sur la façon de prendre en compte le feedback,
  • vous proposer des idées pour vous aider à développer vos compétences pédagogiques.

À l’EPFL, nous encourageons une approche de la pédagogie et du développement des compétences fondée sur des preuves. Il existe un large éventail de compétences que vous pouvez développer, mais le processus d’enseignement et d’apprentissage dans votre classe sera d’autant plus amélioré si vous identifiez ce qui est le plus pertinent dans votre contexte particulier. Vous y parviendrez d’autant mieux que vous analyserez et évaluerez régulièrement votre enseignement et ses effets sur l’apprentissage de vos étudiantes et étudiants. Voici quelques sources de données que vous pouvez exploiter :

  • les résultats des tests et des examens, qui montrent ce que les étudiant·es ont appris, 
  • les observations de vous cours, par vos pairs ou des expert·es pédagogiques,
  • la Commission académique de votre section et les enseignant·es d’autres matières du cursus susceptibles de commenter l’intégration du cours dans l’ensemble du programme d’études,
  • vos étudiant·es, qui peuvent donner leur point de vue sur ce qui fonctionne bien dans un cours et ce qui pourrait être amélioré.

L’EPFL dispose de moyens pour assurer un feedback à ses enseignantes et enseignants :

  • la Commission académique de chaque section leur offre le feedback de leurs pairs,
  • le retour indicatif sur l’enseignement, fourni par la volée qui suit le cours, ainsi que les évaluations approfondies complémentaires, complétées par ces mêmes étudiantes et étudiants,
  • les conseillères et conseillers pédagogiques du Centre d’appui à l’enseignement qui, entre autres, effectuent des observations confidentielles et des analyses vidéo des cours.

En plus de vous donner des idées sur les compétences pédagogiques à développer, les données récoltées par ces divers moyens peuvent également être utilisées pour documenter votre enseignement à des fins de promotion.

Les Commissions académiques de chaque section opèrent comme une entité vous permettant d’obtenir un feedback sur vos cours de la part de collègues chevronnés.

Bien que l’organisation et les fonctions de chaque Commission académique soient conçues pour répondre aux besoins spécifiques de chaque section, en général, le rôle de la Commission académique est :

  • de s’assurer que les enseignements inscrits au plan d’études de la section remplissent les objectifs de formation fixés,
  • d’étudier la qualité des supports de cours et des épreuves, des protocoles d’examen, des critères d’évaluation et du barème des notes,
  • de donner un feedback à la personne qui dispense le cours et faire un rapport à la vice-présidente ou au vice-président associé pour l’éducation,
  • de formuler un ensemble de recommandations par rapport aux méthodes pédagogiques et à la structure du cursus.

Vous pouvez inviter une ou un collègue à observer l’un de vos cours, pour ensuite discuter de ses observations et de ses idées sur vos approches pédagogiques. Cela présente l’avantage de vous permettre de choisir la personne de la part de qui vous recevez un feedback et sur quels aspects.

Quelques bonnes pratiques sont à retenir lors de la planification d’un feedback par les pairs :

  • La personne qui fait l’observation doit bien comprendre que celle-ci est confidentielle et qu’elle doit s’abstenir d’en parler à quiconque en dehors de la personne observée. 
  • L’enseignant·e et l’observateur·rice doivent se rencontrer à l’avance pour discuter (a) des objectifs d’apprentissage et de la structure du cours qui seront observés, (b) des aspects spécifiques sur lesquels l’enseignant·e souhaite un retour d’information et (c) des particularités du cours ou du contexte.
  • L’observateur ou l’observatrice doit arriver à l’heure et rester pendant tout le cours, sans toutefois y participer. Pour les petites classes, cette personne peut être brièvement présentée comme une ou un collègue qui assiste au cours (dans les grandes classes, ce n’est peut-être pas nécessaire).
  • La personne qui observe prend des notes en se concentrant sur une description objective des faits (par exemple, la description « le cours commence par des formules abstraites sans contexte ni explication du lien avec les cours précédents » est plus factuelle et précise que la description « intro peu convaincante »). Il est important de noter également les points forts et pas seulement les points faibles. 
  • La personne observée et celle qui observe doivent se rencontrer dans la semaine qui suit pour faire un débriefing. Ce moment de feedback doit se concentrer sur ce qui a bien fonctionné ainsi que sur les aspects qui pourraient être améliorés. L’observatrice ou l’observateur doit essayer de trouver un équilibre entre le fait de donner des conseils et des suggestions fondés sur son expérience et le fait d’imposer sa propre approche et philosophie de l’enseignement (c’est-à-dire éviter, dans la mesure du possible, les « ce que je ferais, c’est… »). Il est important que la personne observée trouve des solutions qui lui sont propres et lui conviennent.

Pour de plus amples conseils sur les observations par les pairs, davantage d’informations sur les rapports et des modèles, n’hésitez pas à contacter une conseillère ou un conseiller pédagogique du Centre d’appui à l’enseignement.

Dans le souci d’une amélioration constante de l’enseignement et des programmes, le corps enseignant et les sections recueillent l’opinion des étudiantes et des étudiants sur les cours. Cette évaluation se fait sous plusieurs formes :

  • Vue rapide via le processus de retour indicatif (« détecteur de fumée ») : les étudiantes et étudiants peuvent donner une appréciation succincte sur chacun de leurs cours durant la semaine 9/10 du semestre.
  • Feedback plus détaillé via :
    • une évaluation approfondie obligatoire, gérée par la section,
    • une évaluation complémentaire demandée par la personne enseignante et réalisée par le Centre d’appui à l’enseignement.

Un processus de retour indicatif est lancé automatiquement pour tous les cours de niveau Bachelor et Master en semaine 9/10 de chaque semestre (les cours de doctorat sont également évalués automatiquement, mais sur un autre mode en raison de leurs différentes formes). Afin de maximiser le taux de réponse sur le feedback indicatif, les personnes sondées expriment leur degré d’accord en une seule affirmation : « dans l’ensemble, je trouve que ce cours est bon ». Elles ont également la possibilité de faire des commentaires. Le taux de réponse pour le processus de feedback indicatif se situe généralement entre 50% et 60%. Environ la moitié des répondantes et des répondants font des commentaires. Selon l’enquête ATMOS II de 2011, 73% du corps enseignant trouvent les commentaires utiles.

Lorsque plus de 30% sélectionnent « pas d’accord » ou « pas du tout d’accord » à l’affirmation selon laquelle le cours est bon, une évaluation approfondie obligatoire est réalisée (voir ci-dessous). Il est important de noter que le processus de feedback indicatif est, comme son nom l’indique, juste une indication. Ce n’est pas une évaluation significative des prestations d’un membre du corps enseignant ou d’un cours. Ainsi lorsque cette proportion dépasse 30%, cela ne signifie pas forcément qu’il y ait un problème avec le cours en soi, mais plutôt qu’il peut y avoir des points qui mériteraient une investigation plus poussée ou une discussion.

Le processus de retour indicatif fournit, de manière récurrente, une vue basée sur les avis d’une bonne partie des personnes qui ont pris le cours, mais un retour plus détaillé de leur part est également utile. C’est l’objet des évaluations approfondies par le biais d’un questionnaire multidimensionnel administré par la section. Les évaluations approfondies de l’enseignement sont prévues dans trois cas :

  • une évaluation approfondie de l’enseignement par son public est obligatoire pour tous les cours au moins tous les cinq ans,
  • une évaluation approfondie de l’enseignement est également exigée chaque fois qu’un cours est donné par une nouvelle enseignante ou un nouvel enseignant, ceci s’applique bien sûr, par défaut, à tout nouveau cours. 
  • lorsque le score d’un enseignement s’avère « insuffisant » au retour indicatif, la directrice ou le directeur de section s’assure qu’une évaluation approfondie auprès des étudiantes et étudiants est réalisée. Les résultats de l’évaluation approfondie du cours sont discutés entre la personne qui l’enseigne et la direction de la section pour voir s’il existe un problème et, dans ce cas, comment y remédier.

En ce qui concerne les cours relevant des trois catégories ci-dessus, le processus est en bonne partie standardisé pour faciliter une collecte rapide des données. Dans la procédure standard, les questionnaires papier sont complétés lors de l’examen final. L’impression, la distribution et la collecte des questionnaires sont gérées par l’administration de la section. Tous les rapports produits pour les cours de ces catégories sont mis à la disposition de leurs enseignantes et enseignants ainsi qu’à celle de la personne qui exerce la fonction de direction dans la section responsable de ces cours. À son tour, cette directrice ou ce directeur de section rend compte à la vice-présidente ou au vice-président associé pour l’éducation. 

Tous les cours nécessitant une évaluation approfondie – suite à un retour indicatif insuffisant – seront identifiés à la 11e semaine du semestre et communiqués aux sections par le Centre d’appui à l’enseignement. Les enseignantes et enseignants concernés recevront un e-mail indiquant la date limite à laquelle contacter le Centre d’appui à l’enseignement ([email protected]) au cas où un aménagement de la procédure standard est souhaité.

Ce processus a été mis en place dans un but de simplification qui n’exige aucune intervention des personnes qui enseignent. Toutefois, si l’enseignant·e souhaite discuter ou modifier le processus, la conseillère ou le conseiller pédagogique approprié du CAPE doit être contacté avant la date limite indiquée.

Exemples de questionnaires standards

Les liens ci-dessous sont des exemples de questionnaires standards. Comme de nombreuses sections ont des questions spécifiques, veuillez contacter la conseillère ou le conseiller pédagogique de votre section pour avoir accès au questionnaire standard qui sera utilisé par défaut pour votre cours.

Une troisième occasion de recueillir un feedback auprès de son public est l’évaluation complémentaire. Toute membre du corps enseignant peut demander une évaluation complémentaire de son enseignement, qui sera administrée par le CAPE.

Les évaluations complémentaires permettent à l’enseignant·e d’élaborer un questionnaire qui répond à des besoins et lui permettre ainsi de documenter les dimensions qui revêtent un intérêt particulier pour elle ou lui. De manière plus générale, toute personne enseignante peut demander une simple évaluation complémentaire à des fins de promotion.

Le questionnaire est préférentiellement distribué à l’occasion d’un examen, assurant ainsi un taux de réponse au plus près de 100%, mais un autre moment peut également convenir. Les rapports des feedbacks détaillés complémentaires comportent toujours une analyse par la conseillère ou le conseiller pédagogique avec qui le travail a été mené, et sont préférentiellement discutés lors d’une rencontre. Si la demande d’évaluation complémentaire n’interfère avec une procédure d’évaluation approfondie obligatoire, le rapport de cette évaluation demeure confidentiel pour l’enseignante ou l’enseignant en question. Dans d’autres cas, le rapport est également remis à la directrice ou au directeur de la section.

N’hésitez pas à contacter la conseillère ou le conseiller pédagogique du Centre d’appui à l’enseignement pour plus d’informations.

Pour plus de détails sur les évaluations par les étudiant·es, référez-vous à la directive concernant l’évaluation et la mise en valeur de l’enseignement à l’EPFL.

Il est important de ne pas oublier que le feedback de vos étudiantes et étudiants n’est qu’un élément parmi d’autres pour évaluer vos propres cours. Les autres indicateurs peuvent provenir :

  • de l’analyse de ce que les récipiendaires ont appris (comme en témoignent leurs résultats d’examen, par exemple),
  • de votre propre expérience dans l’enseignement du cours,
  • d’une discussion avec des collègues ou les conseillers·ères pédagogiques,
  • des commentaires des anciennes étudiantes et des anciens étudiants du cours.

Idéalement, il convient de considérer les avis reçus à la lumière d’autres retours sur votre enseignement et non comme unique moyen de déterminer la « qualité » d’un cours.

Dans le cas d’une évaluation indicative il vous faut :

  • Prendre du temps. Consacrez du temps à l’analyse des résultats de l’évaluation – n’essayez pas de le faire entre deux réunions. 
  • Prendre en compte le taux de réponse ou le nombre de commentaires. Si le taux de réponse ou le nombre de commentaires est faible, vous êtes plus susceptible d’obtenir des résultats extrêmes (anormalement négatifs ou anormalement positifs). Un taux de réponse plus élevé donne un meilleur aperçu de la situation dans son ensemble.
  • Recherchez les tendances plutôt que les cas isolés. Lisez les commentaires une fois pour voir les grandes lignes, puis relisez-les pour voir combien de fois chaque thème est abordé. Rappelez-vous que même si des commentaires blessants attirent votre attention, ils peuvent ne pas être très représentatifs.
  • Discuter des évaluations avec votre auditoire. La directive sur l’évaluation exige que la personne qui enseigne examine les résultats de l’évaluation avec les étudiant·es avant la fin du semestre. Cela peut être fait en leur présentant les principaux thèmes lors du premier cours après la période d’évaluation. Vous pouvez mettre en évidence les points sur lesquels vous êtes d’accord et sur lesquels vous allez agir, ainsi que ceux que vous réfutez ou que vous ne comprenez pas. Si vous pouvez profiter de cette occasion pour obtenir des commentaires et des clarifications supplémentaires de la part des étudiantes et des étudiants, il est important que la discussion ne devienne pas conflictuelle. 
  • Discuter de l’évaluation avec une ou un collègue ou une ou un conseiller·ère pédagogique. Parcourez les commentaires et échangez votre point de vue avec une ou un collègue ou une ou un conseiller·ère pédagogique pour bénéficier d’une perspective différente. Les personnes enseignantes prêtes à discuter de leur évaluation sont plus susceptibles d’améliorer leur enseignement que celles qui examinent les commentaires seules.
  • Ne prenez pas les choses personnellement. Lorsque les étudiantes et les étudiants critiquent votre enseignement, cela peut vous donner l’impression qu’elles et ils vous critiquent personnellement. Essayez de vous concentrer sur ce que vous faites (et non sur ce que vous êtes) en lisant les commentaires.

Le début du questionnaire d’évaluation indicative rappelle aux étudiantes et étudiants de s’abstenir de faire des commentaires blessants ou discourtois. Alors que la grande majorité respecte cette consigne, une minorité ne le fait pas. En cas de commentaires désobligeants ou blessants n’oubliez pas que :

  • Presque tous les enseignants femmes ou hommes – peu importe leur façon d’enseigner – reçoivent des commentaires blessants à un moment ou un autre. Vous n’êtes pas l’exception.
  • Votre auditoire est comme tout groupe de population : parmi celui-ci, certains individus peuvent être grossiers, mais la majorité ne l’est pas. Rappelez-vous que les commentaires durs ou blessants ne reflètent pas les points de vue de l’ensemble de la volée, mais seulement ceux de personnes en particulier.
  • Certains parmi vos étudiantes et étudiants peuvent se montrer blessants pour vous forcer à réagir (sur les sites web communautaires et les forums, c’est ce qu’on appelle un « troll »). Leur donner une visibilité (par exemple en montrant le commentaire à l’ensemble de l’auditoire) peut les y encourager. Par contre, il peut être utile de rappeler oralement qu’un commentaire équilibré est plus susceptible d’avoir un effet positif qu’un commentaire dur ou blessant.

Chaque année, les conseillères et conseillers pédagogiques du CAPE travaillent de façon personnalisée avec des centaines d’enseignantes et enseignants autour de problématiques pédagogiques. Il s’agit tout autant de personnes qui rencontrent des difficultés avec leur enseignement que d’autres qui préparent leurs dossiers de promotion ou qui, enseignant avec succès, souhaitent innover ou améliorer leurs cours. Vous trouverez les principes fondamentaux de notre approche sur cette page. De manière classique, ce travail démarre par l’une ou l’autre action offrant aux enseignant·es une compréhension élargie de leur contexte d’enseignement. Nous faisons cela :

  • en facilitant le feedback de la part des étudiant·es (souvent à l’aide de questionnaires dédiés),
  • en collectant des données sur différents aspects de l’apprentissage des étudiant·es,
  • par des observations de cours,
  • en analysant les documents du cours.

En fonction des besoins de chaque cas, nous pouvons concevoir des instruments de collecte de données, pour ensuite recueillir et analyser ces dernières. Nous pouvons ensuite rencontrer l’enseignant·e pour examiner ces éléments et discuter des possibilités adaptées à son contexte. Cela laisse aux enseignantes et enseignants la liberté d’identifier ce qui conviendra le mieux à leur contenu, à leur propre enseignement et à leurs contraintes. Le rapport préparé par la conseillère ou le conseiller pédagogique, dans les cas où il n’est pas obligatoire, reste confidentiel entre ce dernier et l’enseignant·e.

En cas d’intérêt et pour plus d’information, vous pouvez contacter tout au long de l’année académique la conseillère ou le conseiller pédagogique en lien avec votre section.

Félicitations ! Vous avez entrepris les premières étapes dans l’amélioration de vos compétences pédagogiques. Voici quelques moyens de poursuivre votre formation continue et votre développement :

Suivre l’évolution des débats et des sujets émergents dans l’enseignement participe à votre formation continue d’enseignant·e. Il existe plusieurs autres outils pour vous aider à développer votre pratique de l’enseignement, notamment des cours, des ateliers, des blogs et des sites Web.

Le CAPE vous souhaite bonne chance sur votre chemin et vous rappelle qu’il est toujours à votre disposition pour vous soutenir en cours de route!