Développer mon enseignement

Au fil d’une carrière dans l’enseignement, les besoins des enseignant-e-s évoluent. Au début, les enseignant-e-s se concentrent souvent sur le développement et l’amélioration de leurs compétences pédagogiques. Les enseignant-e-s plus expérimentés auront sans aucun doute à enseigner de nouveaux types de cours à de nouveaux types d’étudiant-e-s et auront donc besoin de modifier ou adapter leur pratique.

Dans le cadre de ce processus de développement continu, les enseignant-e-s analysent et évaluent constamment leurs pratiques. Pour ce faire, ils ou elles peuvent tirer parti d’informations de diverses sources:

  • les contrôles et examens montrent ce que les étudiant-e-s ont appris pendant le cours, ce qui peut être un bon indicateur sur le déroulement de l’enseignement.
  • d’autres enseignant-e-s ou des experts pédagogiques peuvent observer le cours ou examiner les supports de cours et les supports d’évaluation et discuter d’éventuelles options pour enseigner ou évaluer différemment.
  • d’autres enseignant-e-s impliqués dans un cursus peuvent commenter l’intégration du cours dans l’ensemble du programme d’études.
  • les étudiant-e-s peuvent également donner leur point de vue sur ce qui fonctionne bien dans un cours et ce qui pourrait être amélioré.

L’EPFL a mis en place des systèmes pour assurer aux enseignant-e-s un feedback :

  • de leurs pairs, par le biais de la Commission Académique de chaque section
  • des étudiant-e-s, par le biais de deux outils complémentaires : une évaluation indicative de l’enseignement par les étudiant-e-s et une évaluation plus approfondie de l’enseignement par les étudiant-e-s
  • des conseillers-ères pédagogiques, par le biais du Centre d’appui à l’enseignement qui propose des observations confidentielles et des analyses vidéo des cours.

Ces outils offrent aux enseignant-e-s des informations qui peuvent leur servir à analyser et à développer leur enseignement. Ils fournissent également des données qu’ils ou elles peuvent utiliser pour documenter leur enseignement à des fins de promotion.

Bien sûr, il ne faut pas oublier que le feedback n’est pas le seul outil à la disposition de l’enseignant-e pour le développement de sa pratique. Il existe aussi toute une gamme de cours, d’ateliers, de blogs et de sites web.

Dans l’ensemble, cette section du site contient :

Commissions académiques

Les Commissions académiques de chaque section fournissent un mécanisme permettant aux enseignant-e-s d’obtenir un feedback de collègues plus expérimenté-e-s.

Bien que l’organisation et les fonctions de chaque commission académique soient conçues pour répondre aux besoins spécifiques de chaque section, en général, le rôle de la commission académique est de :

  • s’assurer que les enseignements inscrits au plan d’études de la section remplissent les objectifs de formation fixés
  • étudier la qualité des supports de cours et des épreuves, des protocoles d’examen, des critères d’évaluation et du barème des notes
  • donner un feedback aux enseignant-e-s et faire un rapport au Doyen de l’école Bachelor/Master
  • formuler un ensemble de recommandations sur les méthodes pédagogiques et la structure du cursus.

Observation volontaire par les pairs

En plus des commentaires de la Commission académique, certains enseignant-e-s apprécient d’inviter un-e collègue à assister à un de leurs cours et ainsi pouvoir discuter de leur approche pédagogique. Ceci a l’avantage de permettre à l’enseignant-e de choisir la personne qui leur fait des commentaires et sur quels aspects.

Quelques bonnes pratiques sont à retenir lors de la planification d’un feedback par les pairs :

  • La personne qui fait l’observation doit bien comprendre que celle-ci est confidentielle et qu’elle doit s’abstenir d’en parler à quiconque, car il appartient à l’enseignant-e observé-e de décider avec qui il ou elle souhaite en discuter.
  • L’enseignant-e et l’observateur doivent se rencontrer à l’avance pour discuter (a) du but et de la structure du cours à observer, (b) des aspects sur lesquels l’enseignant-e souhaite des commentaires particuliers, et (c) de toute particularité de la classe ou du contexte.
  • L’observateur doit arriver à l’heure et rester pendant tout le cours, sans toutefois y participer. Pour les petites classes, l’observateur peut être brièvement présenté comme un collègue qui assiste au cours (dans les grandes classes, ce n’est peut-être pas nécessaire).
  • L’observateur prend des notes en se concentrant sur une description objective des faits (par exemple, la description « le cours commence par des formules abstraites sans contexte ni explication du lien avec les cours précédents » est plus factuelle et précise que la description « intro peu convaincante »).
  • L’enseignant-e et l’observateur devraient se rencontrer dans la semaine qui suit pour discuter du cours. Cette séance de feedback devrait évoquer les aspects positifs ainsi que ceux qui peuvent poser problème. L’observateur doit éviter d’essayer d’imposer sa propre approche (éviter si possible de dire « moi je ferais comme ceci »). Il est important que l’enseignant-e observé-e trouve des solutions qui lui sont propres et lui conviennent.

Pour de plus amples conseils sur les observations par les pairs, davantage d’informations et des modèles de rapport, n’hésitez pas à contacter un-e conseiller/ère pédagogique du Centre d’appui à l’enseignement.

Dans le souci d’une amélioration constante de l’enseignement et des programmes d’études, les enseignant-e-s et les sections recueillent l’opinion des étudiant-e-s sur les cours. Cette évaluation se fait sous plusieurs formes :

  • Feedback rapide via le processus de feedback indicatif (« détecteur de fumée ») : les étudiant-e-s peuvent donner un feedback rapide sur chacun de leurs cours durant la semaine 9/10 du semestre.
  • Commentaires plus détaillés via :
    • Une évaluation approfondie obligatoire, gérée par la section.
    • Une évaluation complémentaire élective, demandée par l’enseignant-e et réalisée par le Centre d’appui à l’enseignement avec une analyse et un conseil personnalisé.

Feedback rapide : processus de feedback indicatif

Un processus de feedback indicatif est lancée automatiquement pour tous les cours de niveau Bachelor et Master en semaine 9/10 de chaque semestre (les cours de doctorat sont également évalués automatiquement, mais sur un autre mode en raison de leurs différentes formes). Afin de maximiser le taux de réponse sur le feedback indicatif, les étudiant-e-s expriment leur degré d’accord par rapport à une seule affirmation : « Dans l’ensemble, je trouve que ce cours est bon. ». Les étudiant-e-s ont également la possibilité de faire des commentaires. Le taux de réponse pour le processus de feedback indicatif se situe généralement entre 50% et 60%. Environ la moitié des répondants fait des commentaires. Selon l’enquête ATMOS II de 2011, 73% des enseignant-e-s trouvent les commentaires des étudiant-e-s utiles.

Lorsque plus de 30% des répondants sélectionnent « pas d’accord » ou « pas du tout d’accord » par rapport à l’affirmation selon laquelle le cours est bon, une évaluation approfondie obligatoire est réalisée (voir ci-dessous). Il est important de noter que le processus de feedback indicatif est, comme son nom l’indique, juste une indication. Ce n’est pas une évaluation significative des prestations d’un-e enseignant-e ou d’un cours. Lorsqu’une proportion de plus de 30% d’étudiant-e-s est en désaccord avec le fait que le cours soit bon, cela ne signifie pas forcément qu’il y ait un problème avec le cours en soi, mais plutôt qu’il peut y avoir des points qui mériteraient une investigation plus poussée et une discussion avec le/la directeur/trice de section.

Voir comment se présente l’évaluation pour l’enseignant-e ici.

Feedback détaillé : évaluation approfondie obligatoire

Le processus de feedback indicatif fournit un retour régulier d’une assez forte proportion d’étudiant-e-s, mais un retour plus détaillé de la part des étudiants est également utile. C’est l’objet des évaluations approfondies par le biais d’un questionnaire multidimensionnel administré par la section. Les évaluations approfondies de l’enseignement sont prévues dans trois cas :

  • une évaluation approfondie de l’enseignement par les étudiant-e-s est obligatoire pour tous les cours au moins tous les cinq ans.
  • une évaluation approfondie de l’enseignement par les étudiant-e-s est exigée pour tous les nouveaux enseignant-e-s d’un cours existant ou d’un nouveau cours.
  • lorsque le score d’un enseignement s’avère « insuffisant » lors du feedback indicatif, le/la Directeur/trice de section s’assure qu’une une évaluation approfondie par les étudiant-e-s est réalisée. Les résultats de l’évaluation approfondie sont discutés entre l’enseignant-e et le directeur de section pour voir s’il existe un problème et, dans ce cas, comment y remédier.

Pour les cours appartenant aux trois catégories ci-dessus, une procédure standard est en place pour garantir que les données sont collectées en temps voulu. Cette procédure standard consiste normalement à fournir des questionnaires papier aux étudiants lors de l’examen final. L’impression, la distribution et la collecte des questionnaires sont gérées par l’administration de la section. Tous les rapports produits pour les cours de ces catégories sont mis à la disposition du ou des enseignant-e-s et du/de la directeur/trice de la section responsable du cours qui, à son tour, rend compte au Doyen de l’école Bachelor/Master.

Exemples de questionnaires standards

Les liens ci-dessous présentent des exemples de questionnaires standards. Comme de nombreuses sections ont également des questions spécifiques, veuillez contacter le/la conseiller-e pédagogique de votre section pour voir le questionnaire standard spécifique qui sera normalement utilisé pour votre cours.

Tous les cours nécessitant une évaluation approfondie de la part des étudiants seront identifiés à la 11e semaine de chaque semestre, par le biais d’une communication entre le Centre d’Appui à l’Enseignement et les sections. Les enseignant-e-s concernés recevront un e-mail avec la date limite spécifique pour contacter le Centre d’Appui à l’Enseignement s’ils souhaitent modifier la procédure standard.

Ce processus a été mis en place pour simplifier le processus de compte-rendu et n’exige aucune intervention de l’enseignant-e. Toutefois, si l’enseignant-e souhaite discuter ou modifier le processus, contactez le/la conseiller-e pédagogique du Centre d’Appui à l’Enseignement concerné-e dans les délais impartis.

Feedback détaillé : évaluation complémentaire élective

Une troisième occasion de recueillir un feedback des étudiant-e-s est l’évaluation complémentaire élective. Tout-e enseignant-e peut demander une évaluation complémentaire de son enseignement par les étudiant-e-s, administrée par le CAPE.

Les évaluations complémentaires électives permettent à l’enseignant-e d’élaborer un questionnaire qui répond à ses besoins et d’obtenir des commentaires sur les questions qui revêtent un intérêt particulier ou de réaliser l’évaluation au moment de leur choix, par exemple pour les dossiers de promotion.

Le questionnaire est souvent distribué à l’occasion d’un examen, assurant ainsi un taux effectif de réponse de 100% (mais peut être administré à un autre moment si l’enseignant-e le préfère). Un-e conseiller/ère pédagogique prépare un rapport écrit intégrant des données à la fois quantitatives et qualitatives, et rencontre l’enseignant-e pour discuter du feedback et l’analyser. Si le cours ne tombe pas dans les trois catégories pour lesquelles une évaluation approfondie est obligatoire, l’accès à ce rapport confidentiel se limite à l’enseignant-e concerné-e. Dans les autres cas, le rapport est également transmis au/à la directeur/trice de section.

N’hésitez pas à contacter un-e conseiller/ère pédagogique du Centre d’appui à l’enseignement pour plus d’informations.

Pour plus de détails sur les évaluations par les étudiant-e-s, référez-vous à la Directive concernant l’évaluation et la mise en valeur de l’enseignement à l’EPFL.

Il est important de ne pas oublier que le feedback des étudiants n’est pas le seul élément probant que vous avez à disposition pour évaluer vos propres cours. Les autres indications comprennent :

  • Une analyse de ce que les étudiant-e-s ont appris (comme en témoignent leurs résultats d’examen, par exemple)
  • Vos propres expériences dans l’enseignement du cours
  • Une discussion avec des collègues ou un-e conseiller/ère pédagogique
  • Les commentaires des anciens étudiants du cours.

Idéalement, il convient de considérer les commentaires des étudiant-e-s à la lumière d’autres retours sur votre enseignement, et non comme unique moyen de déterminer la « qualité » d’un cours.

Comment réagir aux commentaires des étudiant-e-s

Dans le cas d’une évaluation indicative il vous faut :

  • Prendre le temps : consacrez du temps à l’analyse des résultats de l’évaluation – n’essayez pas de le faire entre deux réunions.
  • Examiner le taux de réponse et le nombre de commentaires : si le taux de réponses ou de commentaires est faible, alors vous êtes plus susceptible d’obtenir des résultats extrêmes (négatifs ou positifs au-delà de la norme). Un taux de réponse plus élevé donne un meilleur aperçu de la situation d’ensemble.
  • Rechercher les schémas : par exemple, lire les commentaires une fois pour voir les grandes lignes, puis les relire pour voir combien de fois chaque thème est abordé. Rappelez-vous que même si des commentaires blessants attirent votre attention, ils peuvent ne pas être très représentatifs.
  • Discuter des évaluations avec les étudiant-e-s : la directive sur l’évaluation de l’enseignement exige que l’enseignant-e examine les résultats de l’évaluation avec les étudiant-e-s avant la fin du semestre. Cela peut être fait en présentant aux étudiant-e-s les principaux thèmes lors du premier cours après la période d’évaluation. Vous pouvez mettre en évidence les points sur lesquels vous êtes d’accord, ceux que vous réfutez et ceux que vous ne comprenez pas. Vous pouvez également demander aux étudiant-e-s de voter pour indiquer s’ils ou elles sont d’accord ou non avec un point ou s’ils pensent que c’est important.
  • Discuter de l’évaluation avec un-e collègue ou un-e conseiller/ère pédagogique : parcourez les commentaires et échangez vos points de vue avec un-e collègue. Les enseignant-e-s prêts à discuter de leur évaluation sont plus susceptibles d’améliorer leur enseignement que ceux qui examinent les commentaires seuls.
  • Eviter de prendre les critiques pour un affront personnel : lorsque les étudiant-e-s critiquent l’enseignement, vous pourriez être tenté-e de le prendre pour une critique personnelle. Essayez de vous concentrer sur ce que les évaluations disent de votre action (et non de qui vous êtes).

Traiter les commentaires durs ou blessants

Sur le questionnaire d’évaluation indicative il est rappelé aux étudiant-e-s de s’abstenir de faire des commentaires blessants ou discourtois. Alors que la grande majorité des étudiants respecte cette consigne, une minorité ne le fait pas. En cas de commentaires désobligeants ou blessants des étudiant-e-s, n’oubliez pas que :

  • Presque tous les enseignant-e-s – peu importe la façon dont ils enseignent – reçoivent des commentaires blessants à un moment ou un autre. Vous n’êtes pas seul-e !
  • Vos étudiant-e-s sont comme tout groupe de population : si certains peuvent être grossiers, la majorité ne l’est pas. Rappelez-vous que des commentaires durs ou blessants ne reflètent pas les points de vue de l’ensemble de la classe, mais seulement ceux d’un individu.
  • Certains étudiant-e-s peuvent se montrer blessants pour vous forcer à réagir (sur les sites web communautaires et les forums, c’est ce qu’on appelle un « troll »). Leur donner une visibilité (par exemple en montrant le commentaire à l’ensemble de la classe) peut les y encourager. Par contre, il peut être utile de rappeler en classe qu’un commentaire équilibré est plus susceptible d’avoir un effet positif qu’un commentaire dur ou blessant.

Directives concernant les titres académiques octroyés aux collaborateurs scientifiques

Différents titres académiques sont utilisés à l’EPFL et des procédures fixent les conditions d’attribution de ces titres.

Les informations sur les titres académiques attribués aux collaborateurs scientifiques se trouvent ici.

Les informations sur les titres académiques attribués aux professeur-e-s (professeurs assistants « Tenure Track », professeurs associés, professeurs ordinaires, boursiers, invités, etc.) se trouvent ici.

Un dossier d’enseignement est exigé pour toute procédure de promotion académique ou de renouvellement d’un poste. Il permet à tout enseignant de valoriser son expérience d’enseignement et ses compétences pédagogiques, de décrire sa vision et ses projets d’enseignement et de faire état de ses divers engagements en faveur de l’enseignement. L’article 10 de la Directive concernant l’évaluation et la mise en valeur de l’enseignement à l’EPFL donne de plus amples informations sur le contenu du dossier d’enseignement.

Pour les professeur-e-s assistant-e-s « Tenure Track » (PATT) et les collaborateurs/trices scientifiques les critères d’évaluation pour les demandes de titularisation ou de promotion sont très semblables :

  1. qualité et importance de l’activité d’enseignement, évaluation par les étudiants et évaluation approfondie (par exemple par le CAPE) ;
  2. qualité du contenu de l’enseignement, qualité des supports d’enseignement ;
  3. créativité en matière de pédagogie et de méthodes d’enseignement ;
  4. encadrement de travaux pratiques ou de semestre, de projets de master et de thèses de doctorat ;
  5. participation à des activités d’intérêt général spécifiques à la formation.

De plus amples informations sur les procédures de promotion des professeur-e-s assistant-e-s « Tenure Track » se trouvent ici.

De plus amples informations sur la promotion des collaborateurs/trices scientifiques se trouvent ici.

Pour tout conseil, contactez un-e conseiller/ère du CAPE.

Feedback par un accompagnement personnalisé

Nous travaillons chaque année de façon individuelle et personnalisée avec plusieurs centaines d’enseignant-e-s et équipes d’enseignant-e-s autour de problématiques pédagogiques. Nous travaillons bien sûr avec des enseignant-e-s qui rencontrent des difficultés mais aussi avec des enseignant-e qui préparent des dossiers de promotions et celles et ceux qui enseignent avec succès et souhaitent néanmoins innover ou améliorer leurs cours. Vous trouverez les principes fondamentaux de notre approche sur cette page. En général, la première étape de notre travail consiste à aider les enseignant-e-s à mieux comprendre le contexte de leur enseignement en collectant des données, comme par exemple :

  • en facilitant le feedback de la part des étudiant-e-s (souvent en faisant remplir aux étudiant-e-s des questionnaires de feedback détaillés – c’est l’un des types « d’évaluation » de l’enseignement disponibles) ;
  • en collectant des données sur différents aspects de l’apprentissage des étudiants ;
  • en réalisant des observations en classe ;
  • en analysant les documents du cours.

Dans tous les cas, nous pouvons concevoir des instruments de collecte de donnée, rassembler, saisir et analyser les données. Ensuite nous échangeons avec l’enseignant-e sur la base des données collectées et discutons des différentes actions envisageables selon le contexte, tout en lui laissant la liberté d’identifier celle(s) qui lui convien(en)t le mieux en fonction de son contenu, de son style d’enseignement ou de ses contraintes. En dehors des cas dans lesquelles l’évaluation approfondie est obligatoire (voir « évaluations » de l’enseignement), le rapport préparé par le/la conseiller-e pédagogique reste confidentiel entre le/la conseiller-e pédagogique et le professeur. Pour plus d’information, les enseignant-e-s intéressé-e-s peuvent contacter tout au long de l’année académique le conseiller pédagogique en lien avec leur section. Voir la liste dans la colonne à droite de la page.

Suivre l’évolution des débats et des sujets émergents dans l’enseignement est une partie importante de votre formation continue en tant qu’enseignant-e.

Vous pouvez vous abonner à une lettre d’information pédagogique. Voici quelques suggestions de liens :

  • Tomorrow’s Professor Mailing List of Stanford University : rédigée par des enseignants pour des enseignants, souvent intéressante.
  • EducProcs : un site d’actualités et une newsletter dédiés à l’enseignement supérieur français, qui présentent souvent des informations sur les innovations pédagogiques du monde entier.
  • « Café pédagogique » : résolument français et non centré sur l’enseignement supérieur, mais articles intéressants.
     

Si vous êtes intéressé-e par des ateliers de formation pédagogique, n’hésitez pas à consulter l’offre de formations du Centre d’Appui à l’Enseignement. Vous pouvez également accéder à l’ensemble de l’offre du Réseau CFE (Réseau romand de conseil, formation et évaluation).

Participer à des conférences ou congrès pour le développement de l’enseignement supérieur est également une excellente occasion de se tenir au courant des dernières avancées de la recherche et de la pratique dans l’enseignement supérieur. Vous pouvez également rejoindre une communauté pédagogique internationale comme :