Dangers cryogéniques

Les deux principaux liquides cryogéniques utilisés sur le campus sont

• l’azote liquide, souvent abrévié LN2 pour « liquid nitrogen »,

• l’hélium liquide souvent abrévié LHe pour « liquid helium ».

Pour les autres liquides (par exemple l’hydrogène), veuillez nous contacter. La glace carbonique n’est pas traitée dans cette page

En cas d'incident ou de fuite de liquide ou gas

1. Evacuez le local

2. Contactez le numéro d’urgence 115 or +41 21 693 30 00

Seul le personnel formé et équipé peut intervenir en cas d’urgence.

L’azote et l’hélium liquide sont des gaz inertes qui, mélangés à l’air d’une pièce, réduise sa proportion d’oxygène. Contrairement aux idées reçues le risque d’hypoxie et d’asphyxie représente les risques principaux des liquides cryogéniques ! Typiquement, l’évaporation lente de ces liquides dans des milieux clos réduit progressivement le niveau d’oxygène augmentant petit à petit le risque de perdre connaissance. Une fois inconscient à terre et sans secours, le risque de décès par asphyxie est maximum.

  • Je contrôle que mon laboratoire est suffisamment ventilé
  • Dans le cas échéant je contrôle et demande l’installation d’une détection manque d’oxygène
  • Je design mon expérience de telle manière que les gaz inertes sont correctement évacués
  • Je prends contact avec l’OHS en avant-projet pour toute nouvelle expérience ou lorsque je modifie grandement mon expérience impliquant de la cryogénie

Les liquides cryogéniques une fois évaporés prennent presque 700 fois le volume qu’ils occupaient liquides. S’ils ne sont pas évacués, ces gaz augmenteront la pression de l’endroit où ils se trouvent. Le risques d’explosion du matériel soumis.

  • Je vérifie que mon dewar/expérience est munie au minimum d’un (dans l’idéal deux) système(s) de sécurité pour les surpressions.
  • J’installe des soupapes de surpression et des disques de rupture aux endroits pouvant subir de telles surpression

Un contact direct avec ces liquides ou les surfaces/objets refroidis provoque des brûlures comparables aux brûlures par le feu. La peau humide et les muqueuses adhèrent aux surfaces froides a refroidies par ces liquides.

  • Je protège mon expérience de tout contact avec le froid
  • Je me protège avec de l’équipement de protection adapté

Le travail dans un environnement où la température est plus basse que celle du bureau créé un inconfort (perte de dextérité, concentration etc.), voir un risque pour la santé.

Les surfaces refroidies par les liquides cryogéniques peuvent à leur tour refroidir suffisamment les gaz environnant pour qu’ils se condensent. C’est le cas de l’oxygène de l’air, qui en contact de surfaces métalliques suffisamment froides va être liquéfié et se mettre à couler. L’oxygène liquide est une comburant par excellence ayant été la cause de nombreux départ de feux, l’exemple le plus connu est celui de la mission Apollo 13.

  • Je protège mon expérience pour éviter la liquéfaction de l’oxygène de l’air
  • Je design mon expérience pour que l’oxygène liquéfié puisse être évacué sans toucher de matière inflammable

Les propriétés des matériaux changent beaucoup avec la température. La contraction des métaux et la fragilisation des matière organiques (plastiques, caoutchouc, etc.) peuvent être à la fois destructrices pour les équipements mais aussi pour les personnes les opérants.

  • Je choisis les matériaux adaptés à ma recherche
  • Je vérifie que l’équipement est compatible avec le liquide cryogénique que je veux utiliser

De manière générale, l’utilisation de liquides cryogéniques demande une formation appropriée :

 Programme et prochaine formation cryo

Il est impératif d’être suivi par une personne expérimentée lors de l’apprentissage de la manutention de ces substances. De manière générale:

  • Je fais valider par une personne compétente toute appareil, expérience impliquant les liquides cryogéniques.
  • Je forme mes collègues sur les expériences que j’ai fabriqué/mis en place.
  • Je contrôle et effectue une maintenance de mes équipements selon les directives/normes en vigueur ou suivant le manuel des équipements.
  • J’arrête d’utiliser tout équipement suspicieux, présentant des défauts ou n’ayant pas été maintenu. Je contacte une personne compétente, dans l’urgence l’équipe d’intervention au 115 (021 693 30 00)
  • Si j’ai des doutes je contacte le service OHS

Tous les dewars de transports ne sont pas égaux face aux irrégularités des sols. Seul les dewars pouvant être manœuvrés sur route peuvent effectivement être déplacé en dehors des bâtiments. La manutention de dewars demande un minimum d’expérience.

  • Je dois toujours pousser des dewars de cryogénique lors du transport
  • Je me fais aider au transport des dewars si je le souhaite
  • Je demande de l’aide au transport de dewars grande capacité (à partir de 100L).

Au moins 2 personnes doivent être impliquées si vous devez transporter des cryogènes dans un ascenseur/monte-charge.

Tous les cylindres voyagent SEULS dans les ascenseurs/monte-charge

A l’étage de départ, une des personnes charge et envoie le monte-charge/ascenseur à l’étage de destination où la deuxième personne attend pour le récupérer.

L’accès au monte-charge / ascenseur est restreint pendant le transport. Les monte-charges sont munis d’un ruban pour condamner l’accès.

Le dewars de liquides cryogéniques doivent être maintenus et contrôlés comme tout équipement. Le contrôle périodique des systèmes de sécurité peut être fait par les utilisateurs. Une inspection plus complète doit être fait au moins tous les cinq à dix ans par du personnel spécialisé.

  • Je m’informe de la date de dernière maintenance de mes dewars
  • Je contact l’entreprise chez qui j’ai acheté mon dewar pour organiser un contrôle/maintenance

La résistance des EPI est proportionnelle à la température et la nature des substances. En règle générale, en plus de la blouse de laboratoire, de pantalons long, des chaussures fermées et de lunette de sécurité, il est conseillé d’utiliser les gants cryogéniques bleus qui ont le plus haut niveau de sécurité.

EPI pour liquides cryogéniques et leur norme selon la température et quantité

Si les EPI me posent problème lors de mes expériences, je contacte l’OHS.