Gillian White and Albert Siegenthaler

Echodrome (1985)

Acier peint, modules fixés sur un sol pavé ondulant.
Emplacement : Av. Piccard

Echodrome, 1985, par Gillian White et Albert Siegenthaler

Echodrome est issu du concours de 1977 pour la première phase de construction du Campus. Le projet a connu des modifications et des développements importants jusqu’à son installation en 1985. L’œuvre se compose de quatre éléments de différentes tailles réalisés en acier peint en blanc. Elle prend place sur un sol de pavés et formant de légers monticules. Un des éléments est une sorte de mégaphone que le visiteur peut actionner, provoquant un son brut et métallique qui se diffuse dans l’espace. Les éléments concaves et convexes sont alors des caisses de résonance pour le son amené à ricocher. Les formes organiques, biomorphiques mêmes, sont agencées en un arc de cercle créant un cocon au cœur de la cour. L’œuvre s’appréhende de l’intérieur. Echodrome est un environnement propice à l’expérimentation, à la contemplation, à l’interaction et au jeu.

Gillian White est née en 1939 en Grande-Bretagne. Elle étudie à la St-Martin’s School of Art de Londres puis rejoint l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (1960-1963) où elle rencontre Albert Siegenthaler avec qui elle se marie en 1962. D’abord figurative son œuvre se développe dès les années 1960 dans l’abstraction. Ses recherches plastiques se concentrent sur le thème de la nature avec une prédilection pour les formes dynamiques comme l’ellipse, la spirale et le cercle. Elle vit à Leibstadt (Argovie).

Albert Siegenthaler est né en 1938 et est décédé en 1984, alors que la réalisation de la sculpture de l’EPFL touchait à son terme. IL a étudié à la Kunstgewerbeschule de Zurich, à Londres et à Paris. Son œuvre se concentre sur des formes géométriques et organiques dotées de valeurs symboliques et mythiques.

→ Fiche complète de l’oeuvre (pdf)