ThinkerZoom

Retrouvez ici les enregistrements des conférences passées


L’écologie intérieure pour se libérer du consumérisme

Quelles que soient les mesures sociopolitiques et écologiques qu’on adopte pour sortir du système CPC (consumériste, productiviste et croissanciste), l’écologie extérieure doit être complétée par une écologie intérieure.

Une métamorphose doit se produire aussi dans les consciences et les cœurs. 

 

Pour changer la planète, il faut apprendre à se changer soi-même. Et pour changer soi-même, il faut apprendre à se connaître. En l’occurence ici : comprendre pourquoi nous consommons. Quels mécanismes sont en jeu? Pour quelles visées? Et avec quels moyens?


Ce que propose Michel Maxime Egger, c’est de revenir à trois questions fondamentales qui expliquent ces rouages : notre identité (et derrière, nos besoins de reconnaissance, de différenciation, etc.) ; notre aspiration profonde (au bonheur, etc.) et nos peurs (du manque, de la mort, etc.). En les disséquant un à un, il arrive à montrer comment “les désordres extérieurs sont aussi l’objectivation de nos déséquilibres intérieurs, qui se traduisent notamment dans des formes de dépendance à la consommation et à la technologie, par essence insoutenables”. 

Notre conférencier est sociologue, écothéologien, auteur de nombreux ouvrages sur l’écopsychologie et l’écospiritualité, dont le dernier qui servira de trame à notre discussion: Se libérer du consumérisme. Un enjeu majeur pour l’humanité et la Terre aux éditions Jouvence (2020). 

Quand c’était? Mardi 29 septembre 2020 à 20h

Pour réécouter:


« Une autre fin de ce monde est vraiment possible! »

Qu’est-ce qui porte à espérer? Comment appréhender les possibles effondrements à venir sans sombrer dans la dépression ou la fameuse éco-anxiété? Et qu’est-ce qui permet d’entrer dans la vie, plutôt que la survie, devant ces perspectives? Quels sont les qualités à (re)développer pour apprendre non seulement à traverser, tels des “collapsonautes”, les vagues qui viennent, mais surtout à reconstruire un monde plus souhaitable pour demain?

couvlivre

Avec Gauthier Chapelle, co-auteur du livre au titre (quasi)éponyme, Une autre fin du monde est possible (2018), nous reviendrons sur l’entraide (autre grand livre qu’il a co-écrit avec Pablo Servigne), la réarticulation du féminin et du masculin, la vie spirituelle, notre rapport au reste du vivant, et ces croyances qui nous aident à vivre. 

 

Quand c’était? Lundi 26 octobre 2020 à 20h30

Pour ré-écouter: