Groupes et projets de recherche

Groupes de recherche :

Gulou, Chine 2018 - photo: Florence Graezer Bideau

Patrimoine, culture et ville

Le groupe Patrimoine, culture et ville développe des projets de recherche au croisement des sciences sociales, de l’architecture et des études urbaines. Ces recherches ont pour objectif de saisir les impacts locaux sur les modes de vie et la mémoire des lieux dans un contexte en mutation.

Lausanne Time Machine

L’initiative Lausanne Time Machine vise à promouvoir les projets numériques autour du patrimoine culturel de la région lausannoise. Pour ce faire, elle tend à rassembler les institutions de recherche et du patrimoine, les municipalités et les citoyens autour de méthodologies et de technologies communes.

Initiative FIELD

L’initiative FIELD vise à développer des outils, des processus et des espaces d’apprentissage pour intégrer des dimensions humaines et de design dans la pratique des ingénieurs et des scientifiques.

GameLab UNIL-EPFL

Ce groupe d’étude, présent à la fois en Faculté des lettres (UNIL) et au Collège des humanités (EPFL), est un centre d’expertise dans la promotion des approches académiques du jeu (via la recherche et l’organisation de conférences, d’ateliers, de cours publics et de formations).

Engineering Education

Engineering education research exists in the interface where technological disciplines and the social and human sciences meet. It works to improve the quality of engineering knowledge and skills through using the research methods of the social and human sciences to understand the goals, methods, and effects of engineering education.

Projets FNS actuels :

Ce projet aborde les changements de comportements, de modes de vie et les nouvelles pratiques de consommation des individus en lien avec les politiques culturelles, sportives et de santé publique promues par les autorités centrales chinoises à l’occasion des Jeux Olympiques de 2022 à Beijing.

L’historien Alexandre Elsig est postdoctorant au CDH au bénéfice d’une bourse Ambizione du FNS. Son projet explore un large corpus d’archives inédites dans le but d’appréhender quels sont les pôles déterminants pour la légitimation des savoirs concernant la toxicité industrielle au 20e siècle.

Les laboratoires en humanités digitales :