Les formes architecturales du commun

Logements collectifs Hagmannareal à Winterthur, Soppelsa et Weberbrunner architectes

crédit photo : Georg Aerni, Zürich

.

.

Directeur : Prof. Luca Ortelli

Doctorant : Valentin Bourdon

.

Malgré leurs manques de précisions théoriques, l’utilisation des notions d’espaces collectifs ou d’espaces communs a montré son utilité dans la description et la compréhension des expériences architecturales et urbaines qui nous ont précédées ; en particulier celles ayant trait à la thématique du logement. Elles sont aussi plus que jamais mobilisées dans la conception des projets contemporains – pour leur qualité performative plus que descriptive, dans une anticipation même de l’utilisation des espaces projetés ou des valeurs que les usagers pourraient leur attribuer – et sous l’influence hâtive d’autres disciplines ayant pris une avance certaine dans la définition des enjeux attenants à la notion de commun. Le retard enregistré par l’architecture sur ce sujet peut s’expliquer par la difficulté d’attribuer un statut strictement architectural à un espace donné, mais aussi par la persistance d’une appréhension binaire de l’urbain, opposant encore et de manière réductrice le public et le privé. Or, une bonne compréhension des phénomènes urbains et territoriaux ne peut pas se réduire à la confrontation de ces deux sphères sans la reconnaissance, sur le plan théorique et sur le plan de l’action, d’une troisième entité correspondant à la notion de commun ; et dont la manifestation spatiale la plus immédiate devrait être, dans des termes architecturaux, l’espace commun. La recherche entend ainsi reconstituer le cadre théorique qu’induit l’introduction différenciée, entre l’espace public et l’espace privé, de cette troisième entité aux contours particulièrement évasifs. Par emprunts théoriques auprès d’autres disciplines, et à l’appui d’expériences architecturales significatives et commentées, la recherche entend distinguer les enjeux spatiaux issus d’une déclinaison de l’espace commun et les contradictions dont il est porteur. Elle explore également la possibilité d’un renouvellement sémantique capable d’animer des considérations actualisées en matière de conception architecturale, et de réaffirmer la capacité du projet à marquer spatialement et de manière nuancée les contours malléables et variés du vivre-ensemble.

Mots clés : espace commun / logement collectif / ville / projet / architecture / urbanisme / théorie / commun