La photographie d’archive à l’âge numérique

Une exposition des Archives de la construction moderne en collaboration avec l’Institut d’Ingénierie du territoire de la HEIG-VD


.

.

EPFL  Hall SG
27 – 31 mars 2017

Archives communales d’Ecublens
Journée suisse des archives 2017
9 juin 2017

SUPSI Campus Trevano Canobbio (TI)
9 avril – 4 mai 2018


La photographie aérienne symbolise l’évolution technologique de la représentation picturale à vol d’oiseau. Cette dernière a connu un développement important entre le XVIIe et le XIXe siècle, notamment grâce à la technique de la gravure qui permettait de reproduire aisément des vues de paysages. La vision du territoire et de son développement historique a été ainsi considérablement modifiée.

Au XXe siècle, le progrès dans la fabrication des appareils photographiques et le développement de l’aéronautique ont engendré une nouvelle évolution. Le photographe, successeur du peintre et du graveur, est monté dans l’avion et, dès lors, le nombre de points de vue n’a plus été limité à ceux qu’offraient les collines entourant le sujet à reproduire. Ainsi, il a été possible de représenter de vastes territoires de manière exhaustive et plusieurs campagnes de photographies aériennes ont été menées à des fins scientifiques, militaires ou commerciales.

Au XXIe siècle, l’étude du territoire bénéficie de nouveaux outils. En bouleversant l’allégorie de la caverne de Platon, les scientifiques créent des représentations digitales et interactives qui permettent des analyses plus efficaces et une connaissance du territoire plus approfondie. Désormais conservées dans des archives et considérées comme des documents historiques, les photographies issues des campagnes aériennes du XXe siècle trouvent, une fois numérisées, leur place dans les nouvelles représentations digitales. Cela permet d’évaluer les changements du territoire et de contribuer à la production de situations de réalité augmentée grâce au surplus d’informations fournies.

L’exposition LA PHOTOGRAPHIE D’ARCHIVE À L’ÂGE NUMÉRIQUE montre un cas concret de ce procédé. Elle a été produite par les Acm suite à une collaboration avec l’Institut d’Ingénierie du territoire de la HEIG-VD qui a développé l’application Smapshot à partir d’une thèse de doctorat menée au LASIG de la faculté ENAC de l’EPFL, soutenue avec succès en 2015. Smapshot permet de géoréférencer des images d’archive par le biais d’un travail combiné de l’être humain et de la machine; les images géoréférencées sont ensuite affichées dans le Globe virtuel. Ainsi, une série de photographies aériennes réalisées par l’entreprise Perrochet Pleinciel SA entre 1960 et 1968 dans le but de produire des cartes postales de tout le territoire helvétique, a été numérisée et insérée dans Smapshot. Le travail de géoréférencement et d’affichage de ces images dans le Globe virtuel est déjà en cours.

La collaboration entre les Acm et l’Institut d’Ingénierie du territoire de la HEIG-VD a débuté en 2015; elle poursuit les buts suivants:·

  • mettre en valeur la collection photographique de l’entreprise Perrochet qui est conservée aux Acm;
  • promouvoir l’application Smapshot;
  • montrer que les documents d’archives sont des vecteurs d’informations précieuses pour la recherche scientifique actuelle et peuvent aussi trouver leur place dans des environnements numériques;
  • montrer que les thèses développées à l’ENAC engendrent des travaux scientifiques postérieurs dont les effets positifs rayonnent dans plusieurs directions, jusqu’à toucher de nouveau leur point de départ.

 

RTS Intercités

Des photos d’archives pour percevoir les changements territoriaux