La macchina delle meraviglie

L’arte del disegno nell’opera di Alberto Sartoris

.

Une exposition des Archives de la construction moderne en collaboration avec l’Istituto Svizzero et l’Ordre des architectes de Rome


.

.


Cette exposition présente une vaste anthologie de dessins d’architecture d’Alberto Sartoris. Il s’agit d’une occasion rare de faire rayonner, sur le plan international, une importante collection suisse et également de promouvoir le patrimoine culturel de la Confédération.

Dès ses années de formation, Alberto Sartoris a été un dessinateur infatigable. Né à Turin en 1901, il grandit à Genève où il fréquente l’École des Beaux-Arts. Au cours des années 1920, établi à Turin, il s’approche des mouvements artistiques d’avant-garde et montre une prédilection pour le courant futuriste. Après avoir participé activement à la fondation des Congrès internationaux d’architecture moderne en 1928 à La Sarraz, il s’installe définitivement dans la région lausannoise et devient un architecte du Mouvement moderne, engagé en priorité dans l’élaboration théorique et la promotion de l’art moderne, mais aussi dans la pratique professionnelle.

Son indiscutable maîtrise graphique se fonde sur une philosophie précise d’inspiration humaniste. Le dessin d’architecture, pour Alberto Sartoris, est une œuvre d’art autonome, la manifestation d’une idée qui devient une forme. En tant que tel, il doit être pensé et imaginé avec une grande précision avant son exécution. Les dessins d’Alberto Sartoris sont donc des manifestes de sa propre pensée, des «conceptions graphiques destinées à produire des inventions architecturales», comme il aimait le souligner. Après un examen attentif, ils nous révèlent la volonté de leur auteur de procéder avec la précision et l’objectivité d’un architecte praticien. Également, et surtout, ils attestent une ambition artistique prononcée, qui conduira Alberto Sartoris vers la production d’une vaste collection de sérigraphies en couleurs à travers lesquelles il élève le dessin moderne d’architecture au niveau d’une œuvre d’art avant-gardiste.