EPF ou HES?

Deux voies de formation existent en Suisse pour devenir ingénieur. La première est proposée par les Écoles polytechniques fédérales (EPF) et la seconde par les Hautes écoles spécialisées (HES). Quelles sont les principales différences entre les deux?

Fondements de la formation

À l’EPFL, la formation repose sur les connaissances de base universelles que sont les mathématiques et la physique. Cette approche s’inscrit dans une continuité des disciplines suivies au gymnase.

Les étudiants qui débutent une HES ont, pour la majorité, suivi au préalable la voie de l’apprentissage et disposent d’un grand bagage de connaissances pratiques sur lequel va s’appuyer la formation HES.

Nota bene: il est possible pour les titulaires d’une maturité gymnasiale d’intégrer une HES. Les HES exigent dans la plupart des cas un stage pratique d’une année qui permet de combler les lacunes pratiques dans leur bagage.

Compétences et débouchés différents

Ces fondements différents conduisent à des compétences différentes. Le bagage scientifique et généraliste des EPF est un langage commun à toutes les filières d’ingénierie et il permet d’aborder facilement par la suite un très grand nombre d’applications et de forger, dans le cadre du Master, un savoir professionnel vaste à l’image des débouchés professionnels qui en découlent. Les ingénieurs qui s’intéressent à la recherche peuvent également entreprendre un Doctorat, à l’EPFL ou ailleurs en Suisse ou dans le monde.

Nota bene: l’acquisition de ces compétences scientifiques nécessite de faire preuve d’une certaine capacité d’abstraction et de comprendre des concepts sous leur forme générale (pendant les deux premières années Bachelor) avant de voir leurs applications possibles dans l’un ou l’autre domaine.

Dans une Haute école spécialisée, comme le nom l’indique, les cursus sont plus spécialisés, permettant de proposer un cursus plus court et plus technique, et des débouchés professionnels ciblés et disciplinaires. Il existe des formations de niveau Master, et le Doctorat n’est possible qu’en partenariat avec une université et sous certaines conditions.

Durant leur formation, les étudiant EPFL sont encouragés à travailler de façon interdisciplinaire, à rechercher des solutions innovantes, à explorer des champs d’investigation et à sortir des sentiers battus. Dans une HES, l’accent est mis sur la mise en œuvre, l’amélioration de processus existants et les liens forts avec les besoins techniques du milieu professionnel.

Pédagogie différente

Une autre caractéristique importante est liée à la pédagogie. Un cursus EPF fait appel à l’autonomie de ses étudiants. Au début des études, le lien avec les professeurs est souvent moins marqué qu’au gymnase. La présence aux cours et exercices n’est pas obligatoire même si elle est fortement recommandée. L’acquisition des connaissances est évaluée à la fin du semestre lors de la session d’examens. C’est à l’étudiant qu’il incombe de prendre en charge la responsabilité de ses études et de développer des techniques de travail qui lui conviennent.

Nota bene: cette autonomie, cette capacité à se prendre en charge est un atout considérable, une compétence transverse à faire valoir à l’entrée dans la vie professionnelle.

Dans une HES, l’encadrement est plus structuré. Le contrôle des études est continu et la performance de l’année fait partie de la note de l’examen. Un professeur connaît ses étudiants du fait des petites classes et suit leur progression. Il peut déceler leurs difficultés et les accompagner.

Durée des études

Dans les cursus de l’EPFL, le titre d’ingénieur, qui permet d’entrer dans la vie professionnelle, est délivré avec le Master, soit après cinq ans d’études. Ce titre bénéficie d’une grande reconnaissance internationale et permet d’exercer dans la plupart des pays du monde.

Dans une Haute école spécialisée, le titre d’ingénieur accompagne le Bachelor. La plupart des étudiants entrent dans la vie professionnelle à ce moment.

Pratique versus théorie

S’il est vrai qu’une formation EPF débute avec un certain nombre de cours théoriques, une part importante est laissée à la pratique et à l’application des concepts. C’est le cas au début de la formation avec des travaux pratiques permettant de se familiariser avec des techniques de travail, puis dès la dernière année Bachelor et durant le Master avec des projets conséquents permettant d’intégrer tout le savoir appris. Dans l’ensemble, la pratique représente plus de 30% du volume des études.

Évolution professionnelle

Cinq ans après l’obtention de leur diplôme, les ingénieurs EPF sont nombreux à ne plus travailler dans leur domaine de base. On les retrouve dans des rôles de management et de gestion d’équipes dans des secteurs parfois très différents. La culture scientifique, ainsi que la capacité d’analyse et de rigueur développées pendant les études, permettent ce genre d’évolution.

Comment choisir?

Les spécificités des deux formations, somme toute complémentaires, sont reconnues et appréciées par le marché du travail. Il incombe à chacun de décider laquelle convient le mieux à ses attentes et à ses objectifs.

Programmes Bachelor

Proposé dans 13 domaines, le Bachelor constitue la première étape des études polytechniques et permet d’acquérir les bases scientifiques essentielles à la discipline choisie.

Outils d’orientation

Différents outils d’orientation sont mis à votre disposition pour vous permettre de mûrir votre processus de choix d’une filière d’études selon vos intérêts et vos ambitions.

Structure générale des études

Concrétisé par 180 ECTS, le Bachelor s’étend sur une période de trois ans et représente un passage obligatoire vers le Master.

Contact

Pour toute question ou information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter:

[email protected]


EPFL AVP-SAO
Centre Midi – CM2 348
Station 10
CH – 1015 Lausanne