NotifyMe

NotifyMe Check-in est une nouvelle application destinée à freiner la propagation du virus SARS-COV-2. Elle s’appuie sur un protocole mis au point principalement à l’EPFL par une partie de l’équipe qui avait déjà réalisé le protocole DP3T, à la base de l’application SwissCovid.

NotifyMe fait l’objet d’un pilote à l’EPFL depuis le 18 janvier.

Vous des questions, suggestions ou voulez nous donner un feedback? N’hésitez pas à écrire à [email protected].

Questions fréquentes (F.A.Q.)

L’EPFL organisant de nombreuses réunions, un pilote en ses murs apparaît pertinent. Le Département sécurité et exploitation (DSE) coordonne le pilote. 

Depuis le 18 janvier, plusieurs salles de réunion, de cafétérias et de salles de travaux pratiques ont été dotées d’un QRcode d’identification unique (affiché à l’entrée et sur les tables). Leurs utilisateurs sont invités à installer l’application et à scanner le code à leur arrivée afin d’enregistrer ce lieu, de façon cryptée, dans leur téléphone.

Si une enquête de proximité relève qu’une personne contagieuse a fréquenté l’EPFL, le DSE en est informé. En cas de risque dans l’une des salles faisant partie du pilote, le DSE enclenche la procédure qui permettra à tous les utilisateurs présents au même moment de recevoir une alerte.

NotifyMe check-in est une application développée par la société Ubique, qui a aussi réalisé SwissCovid. Elle se base sur le protocole CrowdNotifier, mis au point principalement à l’EPFL par une partie de l’équipe qui avait déjà réalisé le protocole DP3T, à la base de SwissCovid. Elle fera l’objet d’un essai pilote à l’EPFL à partir du 18 janvier. 

NotifyMe vise à freiner la propagation du virus SARS-CoV-2 en notifiant des risques d’infection suite à une présence dans certains lieux (manifestations, établissements publics, salles de réunion, salle de cours…) au même moment qu’une personne contagieuse. 

NotifyMe fonctionne de façon décentralisée, ne collecte aucune donnée personnelle et n’alimente aucune base de donnée centrale. Le protocole est décrit sur GitHub et son code source est public.  

NotifyMe Check-in est d’ores et déjà disponible gratuitement en version d’essai sur Google Play Store, et dans le iOS App-Store.

  1. Mise en place.
    L’organisateur d’un événement (bar, restaurant, réunion, soirée privée…) télécharge deux QR codes fournis par NotifyMe. Il affiche le code «public» à l’entrée et / ou sur les tables de son événement et conserve le second («privé») en lieu sûr. Pour l’EPFL, ce code est conservé par le DSPS.
  2. Arrivée des participants
    Les participants à l’événement / clients de l’établissement scannent le QR code «public» à l’entrée au moyen de l’application NotifyMe. S’ils ne disposent pas encore de l’appli, le QR code leur permet de l’installer.
    Sur confirmation de l’utilisateur, l’application enregistre alors dans le téléphone un identifiant d’évènement (crypté) et la date et heure d’arrivée. Les lieux visités sont également visibles en clair dans l’application, afin d’aider l’utilisateur lors d’une procédure de traçage. Ils peuvent toutefois être effacés; l’application ne garde dès lors plus que la clé de cryptage.
  3. Sortie
    Lorsqu’ils quittent l’événement, les participants / clients le signalent dans l’application (celle-ci leur rappelle à intervalle régulier de ne pas oublier le «check-out»).
  4. Déclaration d’infection
    Si l’un des participants / clients tombe malade et reçoit un résultat de test positif, les services médicaux compétents identifient (via l’enquête de proximité) les lieux / évènements où il s’est rendu avant le développement de ses symptômes. Ils signalent à l’organisateur (le DSPS en ce qui concerne l’EPFL) qu’un participant / client contagieux était présent tel jour et à telle heure, mais ne dévoilent pas son nom.
  5. Activation du QR code « privé »
    L’organisateur (p.ex. le DSPS) utilise son application pour scanner le QR code «privé». Cette opération fera figurer sa manifestation sous forme de “clé de décryptage”, sur une liste hébergée par les autorités.
  6. Processus de notification
    Toutes les 2 heures, l’application télécharge la liste des clés de décryptage et tente de décrypter les codes enregistrés sur le téléphone. Si elle y parvient, cela signifie qu’il y a un risque de contagion. L’application déclenche une notification. L’utilisateur est invité à s’isoler afin d’éviter de transmettre le virus et à se faire tester.
    A noter que la stricte protection de l’identité de chacun ne peut pas toujours être assurée dans le cas où la manifestation n’aurait compté que quelques participants se connaissant entre eux. Il en va de même pour le traçage de proximité classique. 

Non, aucune. L’application n’enregistre localement que le code crypté de la manifestation, la date et l’heure d’entrée et de sortie.

Non, elle ne recourt ni au Bluetooth, ni au GPS. Elle ne prend en compte que l’information contenue dans le QR-Code.

SwissCovid fonctionne en arrière-plan et permet d’identifier des risques de contagion par contact de proximité (dans le train, dans un commerce, etc.). Il s’appuie sur la technologie Bluetooth pour évaluer la proximité physique entre les personnes.

NotifyMe est activée manuellement par l’utilisateur qui prend part à une manifestation. Elle permet de savoir qu’un lieu fermé a accueilli une personne contagieuse, et qu’une contamination est possible, même au-delà de la distance de sécurité de 1,5 m (en cas de ventilation insuffisante par exemple).

Techniquement, oui. Déployée à l’échelle nationale, elle pourrait remplacer toutes les applications concurrentes. A l’heure actuelle, il est toutefois prévu que les organisateurs constituent une autre liste (papier ou numérique) en parallèle afin que que les clients n’ayant pas installé l’application puissent aussi être contactés.

  • Appareils Apple: iOS 10 (dès l’iPhone 5) ou plus récent
  • Appareils Android: Andoid 6.0 ou plus récent

En tant que porteur du virus oui: la déclaration par les autorités sanitaires n’est pas liée à l’application, et le processus de notification pourra être déclenché. En tant que «client exposé», vous ne serez prévenu que si les services cantonaux de traçage manuel parviennent à vous joindre grâce à la liste de backup.