Surveillance Chess

Hijacking CCTV Cameras in London

2012
Installation vidéo en monocanal
Full HD, 16:9, son, durée 7 min, diffusion en boucle
Valise contenant un transmetteur vidéo, une antenne, une batterie, un jeu d’échecs électronique

Surveillance Chess (2012) - by Mediengruppe Bitnik

Londres, 2012. Peu de temps avant le début des Jeux Olympiques, dans une station de métro qui compte parmi les lieux les plus surveillés du monde. C’est là que !Mediengruppe Bitnik décide d’intercepter les signaux d’une caméra de surveillance. La vidéo montre des cols-blancs se dirigeant vers le Tube, un homme en costard en train de chercher la bonne sortie. Du bord gauche de l’écran émerge une femme munie d’une valise jaune, qui s’installe dans le cadre de la caméra. Elle ouvre sa valise et bascule un interrupteur.

C’est à ce moment-là que Bitnik prend le contrôle de l’interaction. L’image de surveillance s’efface pour laisser place à un échiquier, alors qu’une voix s’exprime via les haut-parleurs de l’installation: « Je contrôle maintenant votre caméra de surveillance. Je suis celle qui porte la valise jaune ». L’image montre à nouveau la femme à la valise, avant de revenir à l’échiquier. « Que diriez-vous d’une partie d’échecs? » demande la voix. « Vous serez les blancs, je prends les noirs. Appelez-moi ou envoyez-moi un SMS pour m’annoncer votre prochain coup. Mon numéro est le suivant : 07582460851 ».

Avec Surveillance Chess, !Mediengruppe Bitnik réévaluent l’espace public et les systèmes de surveillance en manipulant les connections entre caméras de surveillance et centres de contrôle. Ils instaurent une situation de jeu qui établit une relation nouvelle, égalitaire, entre ceux qui sont surveillés et ceux qui surveillent : les deux entités jouent désormais la même partie, avec les mêmes règles et opportunités. Le système de surveillance, auparavant à sens unique, devient un moyen de communication. L’intervention permet de redéfinir un espace public de plus en plus privatisé et contrôlé par des systèmes de surveillance opaques. Les cartes ont été redistribuées, et les dés sont jetés.